Fermer

Cameroun: bisbilles entre le ministre du Transport et le DG de Camair-Co

Mise à jour le 26/08/2019 à 16h38 Publié le 26/08/2019 à 16h35 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

#Société
Camair-Co
© Copyright : DR

#Autres pays : Le ministre des Transports, Ernest Massena Ngalle Bibehe, président du conseil d’administration de la Cameroon Airlines Corporation, a annulé le redéploiement du personnel au sein de la compagnie prise par le DG, Louis-Georges Njipendi. Ce dernier oppose une fin de non recevoir au ministre.

Le 19 août dernier, le directeur général de la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co), Louis-Georges Njipendi, a signé des textes portant nomination et désignation de certains responsables au sein de la compagnie nationale aérienne du Cameroun.

Le lendemain, le ministre des Transports, Ernest Massena Ngalle Bibehe, par ailleurs président du conseil d’administration de Camair-Co, a ordonné «l’annulation pure et simple» de ces décisions, prises sans l’aval du conseil d’administration, dit-il.

Selon le ministre, un redéploiement du personnel ne peut être envisagé avant «la production des résultats» de l’audit interne instruit au top management de Camair-Co lors de sa prise de fonction, le 27 mai dernier, et à la validation de l’organigramme de la société par un prochain conseil d’administration.


LIRE AUSSI: Cameroun: un nouveau pilote aux commandes de Camair-Co


Une situation d'autant plus anomrmale, selon le ministre, plus que ce redéploiement entraîne «un accroissement de la masse salariale, alors qu’il est question de maîtriser les charges pour tendre vers une autonomisation financière progressive de la compagnie», écrit le membre du gouvernement, dans une correspondance adressée le 20 août dernier au DG de Camair-Co, et qui a fuité sur Internet.

En réponse, le directeur général de la compagnie aérienne n’entend pas faire marche arrière.

«Ces décisions (…) ont été prises dans le strict respect d’une part, des prérogatives de chaque organe dirigeant, tel que le stipule la réglementation en vigueur, et d’autre part, les statuts de la compagnie», a répliqué Louis-Georges Njipendi, dans une correspondance du 23 août dernier, classée «très confidentielle», mais qui s’est néanmoins retrouvée sur les réseaux sociaux.

Grève

Selon lui, toutes ces nominations interviennent dans un contexte marqué aussi bien par d’impérieuses nécessités de service que par l’impulsion de la dynamique commandée par la mise en œuvre de la stratégie de stabilisation à moyen terme, pour laquelle il a sollicité et obtenu l’approbation du conseil d’administration du 25 juin 2019.


LIRE AUSSI: Cameroun: Camair-Co à nouveau en zone de turbulences


«A titre d’illustration, des postes stratégiques, tels que ceux de directeur commercial et de chefs de départements de la régulation centrale, de la tarification et distribution, du contrôle des recettes commerciales, etc., étaient vacants alors que ces structures sont appelées à gérer au quotidien, des questions d’une importance névralgique pour les opérations de la compagnie. C’est aussi le cas de nombreux postes de chef de service non pourvus, pourtant indispensables pour l’atteinte de nouveaux objectifs», affirme le DG.

Au-delà de remobiliser le personnel, Louis Georges Njipendi estime qu’en procédant à ces nominations, il répond ainsi à l’une des revendications principales des syndicats, ayant conduit à un préavis de grève en mai dernier.

Le DG de se satisfaire des «avancées significatives» enregistrées depuis sa nomination à la tête de Camair-Co.


LIRE AUSSI: Cameroun: l'ancien patron de la Camair,Yves-Michel Fotso, sort de prison pour une hospitalisation au Maroc


En l’occurrence, l’évolution à la hausse du chiffre d’affaires à l’émission de 341 millions de francs CFA à mai 2019 à 937 millions à juillet 2019, la densification du réseau national et la réouverture des dessertes de Libreville (Gabon), Bangui (RCA) et Cotonou (Bénin) ou encore le lancement de la ligne «la Transahélienne», qui avait déjà enregistré plus de 2.000 passagers à sa 15e journée d’opération.

«Je suggère qu’au cours de sa prochaine session, le conseil d’administration, dans sa collégialité, procède à l’examen de l’opportunité de la désignation à titre intérimaire des cas de responsables, dont l’approbation ressortit de sa compétence», conclut le DG de Camair-Co.
Le 26/08/2019 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem