Fermer

Lesotho. Coronavirus: le ministre de la Police arrêté pour violation du confinement

Mise à jour le 21/04/2020 à 16h47 Publié le 21/04/2020 à 15h07 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
Lehlohonolo Moramotse

Lehlohonolo Moramotse, ministre de la Police du Lesotho.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le ministre de la Police du Lesotho, Lehlohonolo Moramotse, a passé la nuit de lundi à mardi en garde à vue pour avoir violé les règles de confinement anticoronavirus en vigueur dans le pays, notamment en achetant de l’alcool.

“Je peux confirmer que le ministre a été détenu au commissariat la nuit dernière”, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la police, le superintendant Mpiti Mopeli, en ajoutant qu’il avait été remis en liberté au petit matin avant d‘être présenté à un juge.

Le ministre “est soupçonné d’avoir violé les règles de confinement et pour avoir branché illégalement son domicile sur le réseau de distribution d’eau”, a précisé le superintendant Mopeli.

La population du Lesotho est placée sous confinement jusqu‘à au moins ce mardi à minuit pour endiguer la propagation de la pandémie de Covid-19, dont aucun cas n’a encore été rapporté dans ce petit royaume africain.


LIRE AUSSI: Afrique du Sud. Coronavirus: une ministre suspendue deux mois pour violation du confinement


Comme en Afrique du Sud voisine, les autorités ont interdit la vente d’alcool pendant toute la durée de cette mesure.

Le ministre de la Police a été pris la main dans le sac il y a deux semaines sur une vidéo qui le montre en train d’acheter des boissons alcoolisées, et qui a fait le tour des réseaux sociaux locaux.

Il a été arrêté et placé en garde à vue lundi soir pour ne pas avoir répondu à une convocation de la justice pour violation de l’ordre de confinement.

Son arrestation intervient alors que le royaume du Lesotho est agité depuis des mois par une grave crise politique.


LIRE AUSSI: Lesotho: la Première dame du pays recherchée pour complicité de meurtre


Sommé de démissionner par la coalition gouvernementale depuis sa mise en cause dans l’assassinat de son ex-femme en 2017, le Premier ministre Thomas Thabane a fait intervenir l’armée samedi pour “restaurer l’ordre”.

Un accord a été signé lundi sous médiation sud-africaine pour permettre un départ “digne” de Thabane a une date qui n’a pas été précisée.
Le 21/04/2020 Par Le360 Afrique - Afp