Fermer

Cameroun. Fête du sacrifice: les musulmans appelés à respecter les gestes barrières contre le coronavirus

Mise à jour le 29/07/2020 à 16h29 Publié le 29/07/2020 à 10h10 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

#Société
Prière de l'Aid
© Copyright : DR

#Autres pays : A l’approche de cette grande fête, l’Association culturelle islamique du Cameroun (ACIC) a publié un communiqué pour rappeler les mesures de protection qui devront être respectées durant les célébrations, dans un contexte où les autorités sanitaires constatent une stabilisation des contaminations.

Tabaski, nom que prend Aïd Al-Adha dans plusieurs pays d'Afrique subsaharienne, sera célébrée le 31 juillet au Cameroun, dans le contexte de la crise sanitaire du Covid-19, alors que le coronavirus continue à circuler dans le pays.

Dans un communiqué publié à l’approche de cette grande célébration religieuse du rite de l'islam, l’Association culturelle islamique du Cameroun (ACIC) rappelle aux fidèles les mesures qui devront «rigoureusement être respectées», dont «le port obligatoire d’un masque par chaque fidèle [et] l’observation de la distanciation sociale» pendant la prière, ainsi que «le lavage des mains à l’eau et au savon ou leur désinfection avec un gel hydro-alcoolique» avant l’accès à la mosquée.


LIRE AUSSI: Cameroun. Covid-19: la difficile bataille des autorités pour faire respecter les mesures-barrières


L’Association appelle par ailleurs les fidèles musulmans à se munir chacun d’un tapis individuel de prière et de se disperser «immédiatement» après le culte.

Les femmes et les enfants de moins de 15 ans, quant à eux, sont invités à ne pas prendre part à la prière collective de ce jour de fête. 

En raison de la pandémie, «la célébration de la prière marquant la fête du sacrifice se fera exclusivement à l’intérieur des mosquées et non dans les espaces ouverts», indique l’ACIC. A cet effet, l’association demande aux imams en charge des mosquées du pays de respecter le quota du rassemblement de 50 personnes au plus, édicté par les autorités. 

Les prières et les sermons à l'occasion de cette fête religieuse «ne devront pas excéder 20 minutes», et les prêches devront notamment être axés sur la lutte contre le Covid-19, indique le communiqué.


LIRE AUSSI: Vidéo. Cameroun: Tabaski, un excellent exemple du vivre ensemble


Le document appelle par ailleurs les fidèles à éviter les réjouissances populaires dans les quartiers, et les exhorte à «intensifier les invocations pour qu’Allah renforce la paix, la santé et la stabilité au Cameroun».

La Tabaski est la fête la plus importante du calendrier musulman. Elle prévoit le sacrifice d’un animal, généralement un mouton, à partager entre ses proches et des pauvres.

La célébration, prévue vendredi prochain, intervient alors que le ministère de la Santé fait état d'une stabilisation du taux de contamination dans tout le pays.

Le Cameroun compte actuellement plus de 16.700 cas positifs au Covid-19. 385 décès dûs à la maladie sont à déplorer pour l'heure, selon les dernières statistiques officielles communiquées par les autorités en fin de semaine dernière.

Le 29/07/2020 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem