Fermer

CAN 2021. Cameroun: le gouvernement somme le groupe Piccini de reprendre les travaux du stade d'Olembé

Mise à jour le 16/10/2019 à 13h33 Publié le 16/10/2019 à 11h18 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

#Sports
stade Olembe

Stade d'Olembé à Yaoundé, Cameroun.

© Copyright : DR

#Autres pays : Après la notification d'un ordre de service il y a quelques jours, l'entreprise italienne avait jusqu'à hier, mardi 15 octobre 2019, pour relancer le chantier de cette infrastructure phare de la compétition que doit organiser le Cameroun.

Après l'ordre de reprise de service notifié à l'entreprise italienne Piccini, en charge des travaux de construction du complexe sportif d'Olembé dans la banlieue de Yaoundé, la capitale, le ministre des Sports et de l'Education physique, Narcisse Mouelle Kombi, a effectué ce lundi 14 octobre 2019, une visite sur ce chantier. Selon un communiqué du ministère, certaines actions ont été prescrites à l'entreprise Piccini.

Entre autres, «le redémarrage des travaux, à l'arrêt depuis plusieurs mois, au plus tard le 15 octobre 2019, comme cela a été annoncé à la mission d'inspection de la CAF le 26 septembre 2019; la livraison des travaux pour l'organisation des compétitions à la date du 25 avril 2020, conformément au dernier planning élaboré par l'entreprise Piccini. La conduite et l'achèvement desdits travaux sans autres conditions, ni contraintes, conformément à la convention signée entre l'État du Cameroun et Gruppo Piccini en date du 11 avril 2019», indique ce document.


LIRE AUSSI: CAN 2021. Cameroun: les employés des chantiers en grève


Sur le terrain, le ministre, et les autorités qui l'acompagnaient ont constaté que les travaux ont effectivement redémarré, quoique timidement, sur deux éléments principaux. A savoir, l'habillage de la façade et la préparation de la pelouse du stade principal. Selon les responsables du chantier, tout devrait s'accélérer très vite.

Lors d'une séance de travail après la visite du chantier, le ministre a réitéré aux différentes parties prenantes, les très hautes instructions du président de la République appelant à une mobilisation générale de tous, en vue de l'achèvement à la date prévue de tous les chantiers concernés par les compétitions à venir.

Narcisse Mouelle Kombi a également promis qu'il descendra régulièrement sur ce chantier, d'autant plus que la prochaine mission d'inspection de la Confédération africaine de football (CAF) est prévue dans deux mois et qu'il serait indispensable que des avancées significatives soient concrètes sur ce site.


LIRE AUSSI: CAN 2021: voici les résultats du tirage au sort des éliminatoires et des groupes qualificatifs


En attendant la confirmation par la CAF des aires de jeu retenues pour le Championnat d'Afrique des nations (CHAN) 2020, le stade d'Olembé ne devrait pas figurer parmi les infrastructures retenues pour cette compétition en forme de galop d'essai avant la Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2021.

En effet, les travaux de l’infrastructure sont en retard par rapport aux autres chantiers, notamment à cause de problèmes de financement. Makonnen Asmaron, le président du groupe Piccini, se trouvait, du reste, en personne au Cameroun au mois de juillet dernier afin de rencontrer les autorités locales pour aider la multinationale à obtenir les financements auprès des banques locales pour terminer le chantier.


LIRE AUSSI: CAN 2021. Cameroun: après les déclarations du ministre algérien, la FECAFOOT reste sereine


Par la suite, un accord de financement de BgfiBank, dont le montant n'a pas été révélé, a été obtenu. Par ailleurs, suite aux nombreuses critiques des travailleurs sur le chantier, l'entreprise italienne a annoncé, en août dernier, le paiement de leurs arriérés de salaire pour plus de 500 millions de francs CFA.

Dans le cadre de l'organisation de la CAN par le Cameroun, la société italienne Piccini a été chargée de construire un complexe sportif comprenant, entre autres, un stade de 60.000 places à Olembé, pour un montant d'environ 160 milliards de francs CFA.
Le 16/10/2019 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem