Fermer

Côte d’Ivoire: après plusieurs reports, Macron promet le «métro d’Abidjan» à Ouattara

Mise à jour le 13/06/2017 à 12h54 Publié le 12/06/2017 à 19h39 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Economie
Metro abidjan
© Copyright : dr

#Côte d’ivoire : Le métro d’Abidjan va renaître. Après des mois d'arrêt et de silence, le projet s’est invité dans les discussions lors de la dernière rencontre entre Alassane Ouattara et Emmanuel Macron, avec cette fois un engagement de la France à le remettre sur les rails.

Le métro d’Abidjan sera certainement l’un des tout premiers actes concrets de coopération entre la France et la Côte d'Ivoire depuis l'élection d'Emmanuel Macron. Le projet au point mort du fait d’un désaccord entre Abidjan et le consortium dirigé par Bouygues devrait connaître un début de mise en œuvre.

«Nous tenons beaucoup à notre coopération avec la France et également à votre engagement à nous aider à démarrer très rapidement le métro d’Abidjan», a déclaré Alassane Ouattara au cours de la conférence de presse qui a conclu la rencontre entre les deux chefs d’Etat ce 11 juin. Une annonce qui ouvre une nouvelle perspective à un projet dont le lancement a été reporté à maintes reprises.


LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire: la France s’active pour offrir le projet du métro d’Abidjan à Alstom


Deux éléments sont au centre des frictions entre Abidjan et la STAR (société abidjanaise de transport sur rail) regroupant un consortium d’entreprises conduit par le Français Bouygues. D’abord le coût, chiffré à 655 milliards de FCFA, soit environ 1 milliard d’euros, et jugé exorbitant par l’Etat ivoirien (contre une facture initiale de 500 millions d’euros) pour 37,9 km. Abidjan s'est certainement référé au projet du métro de Dakar, plus long et nettement moins cher: 687 millions d’euros pour 51 km de long.

Ensuite viennent les compensations qu’exige le consortium de l’Etat ivoirien en cas d’un trafic insuffisant. La question a été au cœur d’une rencontre en février dernier entre le vice-président ivoirien, Kablan Duncan, et Olivier Bouygues, rapporte la Lettre du continent. Et les deux parties n’avaient pu s’accorder sur ce qui est bien un dédommagement à verser au consortium en cas d’écart entre les prévisions du projet et le trafic réel.


LIRE AUSSI : Afrique-France: Ouattara et Macky Sall à Paris pour les intérêts de Bouygues et Alstöm


Quel appui l’Elysée compte-t-elle offrir au projet et sous quelle forme? On l'ignore.Toujours est-il que le président Alassane Ouattara a pris congé de son homologue en semblant rassuré de voir se réaliser l’un des plus importants projets d’infrastructures de l’histoire du pays.

Le projet du métro d’Abidjan doit selon les prévisions transporter quotidiennement 300.000 Abidjanais dans une ville qui, avec ses 5 millions d’habitants, est encombrée par les embouteillages. 
Le 12/06/2017 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi