Fermer

Côte d'Ivoire: 5,3 milliards euros d’investissements drainés de 2013 à 2018

Publié le 11/01/2019 à 07h16 Par Le360 Afrique - MAP

#Economie
Infrastructures
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Le Code des investissements de 2012 en Côte d'Ivoire a permis l'attraction d’un volume d’investissement de 3451 milliards de Fcfa, soit environ 5,3 milliards euros sur la période de 2013 à 2018.

"Le Code des investissements de 2012 a permis d’atteindre la création de 38.680 emplois permanents, l’agrément de 1.196 entreprises et l’attraction d’un volume d’investissement de 3451 milliards Fcfa", a indiqué, jeudi, le secrétaire d’Etat en charge de l’Investissement privé, Emmanuel Esmel Essis, lors d’un atelier d’information et de formation sur le Code des investissements à Grand-Bassam, cité balnéaire au sud-est d’Abidjan.

Il a fait observer que l’Etat ivoirien a entrepris d’adopter un nouveau Code des investissements en août 2018, eu égard à des "faiblesses" du dispositif de 2012, entre autres, "une faible participation des nationaux à la création de richesses et une faible contribution des PME au PIB".


LIRE AUSSI: Vidéo. Côte d'Ivoire: 9 milliards de FCFA d’investissements marocains agrées au CEPICI au premier semestre


"L’investissement est source de création de richesses et plus les nationaux investissent, plus ils créent la richesse pour eux-mêmes et pour la population", a soutenu Essis, soulignant que "50% des investissements privés réalisés en Côte d'Ivoire sont faits par les nationaux".

La Côte d'Ivoire, a-t-il dit, envisage de "capter" au moins 2 milliards de dollars (1.138 milliards Fcfa) d’investissement, au-delà des 675 millions de dollars (384,11 milliards Fcfa) enregistrés en 2017 selon un rapport de la Conférence des Nations-Unies sur le commerce et le développement (Cnuced).


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire–Environnement des affaires : le CEPICI "dématérialise" les actes administratifs


Le nouveau Code de 2018 comprend un mixte des modes d’incitations, à savoir la combinaison des mécanismes d’exonération fiscales et de crédits d’impôts, le renforcement des entreprises en phase d’investissement avec une exonération totale des droits de douane ou de suspension de la TVA.

Le 11/01/2019 Par Le360 Afrique - MAP