Fermer

Côte d’Ivoire: Soro sauvé d’une éviction de la présidence de l’assemblée nationale

Mise à jour le 14/09/2017 à 15h38 Publié le 14/09/2017 à 15h09 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Politique
Soro guillaume
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Soro a-t-il échappé à une éviction de la présidence du parlement ivoirien? L’affaire révélée par la Lettre du Continent témoigne des tensions toujours vives entre Guillaume Soro et le régime d’Abidjan.

La crise entre Soro et les tenants du pouvoir d’Abidjan prend une nouvelle tournure. Après le limogeage de «pro-Soro» de postes clés au sein de l’administration et de sociétés publiques, le chef du parlement serait bien désormais dans le viseur du pouvoir. Selon la Lettre du continent, le régime ivoirien a concocté un plan pour destituer Soro Guillaume de la présidence de l’assemblée ivoirienne ; une tentative qui aurait échoué grâce à l’opposition du PDCI, pourtant allié du RDR, le parti au pouvoir.
 
L’information, si elle venait à être confirmée, risque de provoquer un séisme dans le paysage politique ivoirien. Ce sera en effet, la preuve que les tensions ne sont pas près de s’apaiser et il faut dire que rien n’a été fait dans ce sens depuis pratiquement un an. Depuis l’adoption de la nouvelle constitution en fin d’année qui a retiré à Soro son statut de dauphin présidentiel, suivie des mutineries des soldats issus de la rébellion et l’affaire de la cache d’armes de guerre retrouvée à Bouaké, chez un «intime» de Soro, ce dernier est au cœur de toutes les polémiques, accusé de manœuvrer contre le régime.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: Franklin Nyamsi, l’intello camerounais qui veut hisser Soro Guillaume au palais présidentiel

Autre signe de dissension, toujours selon La Lettre du continent, malgré son immunité parlementaire et son statut de président d’institution, Soro a été entendu par les experts de l’ONU venus enquêter sur cette affaire de cache de d’armes.
 
Le dernier fait en date de ce climat délétère a été l’absence de Guillaume Soro au dernier congrès du RDR, accusant le parti de l’avoir écarté des préparatifs, alors que le président ivoirien devait y prendre part.
 
Tout porte donc à croire que le point de non-retour entre Soro et le régime d’Abidjan est quasiment atteint. Une nuée d’associations, dont l’Alliance des forces nouvelles et l’Union des Soroïstes, s’est déjà constituée autour du président de l’assemblée nationale. Des organisations qui devraient servir le moment venu de rampe de lancement pour son ambition présidentielle qui n’est plus un secret de polichinelle.
Le 14/09/2017 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi