Fermer

Côte d’Ivoire: faut-il croire à l'attelage RHDP?

Mise à jour le 18/09/2017 à 16h44 Publié le 18/09/2017 à 16h43 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Politique
RHDP
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Au-delà des discours volontaristes d’appel à consolider l’alliance du RHDP, le PDCI et le RDR doivent passer l’épreuve de la candidature unique à la présidentielle de 2020. Une question loin d’être résolue.

La célébration du 3anniversaire de l’Appel de Daoukro a été l’occasion de réaffirmer la volonté inébranlable du RDR (Rassemblement des républicains) et du PDCI (Parti démocratique de Côte d'Ivoire), les deux principaux alliés de l’alliance du RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix) au pouvoir, d’appeler à la consolidation de cet outil politique.

Au «Bédié et moi, on est ensemble» d’un Alassane Ouattara qui a appelé, lors du congrès de son parti, le RDR, à la mise en place d’un parti unifié avant fin 2017, le patron du PDCI, l’ex résident Henri Konan Bédié, a répondu par «nous devons désarmer nos plumes et nos langues, taire nos querelles de clocher, nos verbiages creux et nos dérives langagières, pour aller vers un seul objectif, celui de renforcer notre alliance, le RHDP». Non sans glisser que «l’appel de Daoukro balise le problème des successions au pouvoir».


LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire: Ouattara brandit le carton jaune contre son allié politique


La question de la succession au pouvoir, pomme de discorde à la base des «querelles de clocher (…) et dérives langagières», qui a vu les cadres des deux partis s’empoigner violemment par presse interposée, reste toujours d’actualité et de sa gestion dépendra en réalité l’avenir du RHDP.

Confronté à l’incompréhension d’une partie de ses militants après avoir lancé l’appel de Daoukro en septembre 2014, Henri Konan Bédié avait dû les convaincre que l’alternance en 2020 en était la contrepartie. Et en interne, sous la pression des militants, la question est d’ores et déjà réglée: avec ou sans RHDP, le PDCI aura son candidat en 2020.

Au RDR, où une candidature à la présidentielle de 2020 n’est pas officiellement à l’ordre du jour, l’on se contente de soutenir qu’au sein de l’alliance, «le meilleur profil sera choisi pour 2020», sans toutefois s’aligner sur la position de son allié. En outre, le parti au pouvoir soutient qu’une fois le parti unifié acté, la question de l’alternance ne devrait plus se poser, puisque le PDCI et le RDR devraient être fondus dans un même moule. Un dernier argument qui a du mal à passer.


LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire-présidentielle 2020: Bédié met la pression à Ouattara


D’âpres tractations devraient donc avoir lieu autour d’une question sur laquelle le PDCI ne se verrait pas du tout transiger. Signe qui ne trompe pas, les «irréductibles du PDCI», Charles Konan Banny et Kouadio Konan Bertin (KKB), qui, pour dénoncer l’Appel de Daoukro, avaient choisi d’être candidats à la présidentielle de 2015, ont été réintégrés dans les instances du parti, tout comme Yasmina Ouegnin, l’autre «frondeuse». Ces derniers avaient dénoncé une certaine hégémonie du RDR qui risquait de phagocyter le parti qui a fêté l’année dernière ses 70 ans, dont 40 au pouvoir.

Le RDR, qui a remporté les élections législatives et qui revendique le statut de plus importante force politique du pays, acceptera-t-il de s’effacer pour un parti qu’il considère de moindre envergure? Il s’agira pour les deux alliés de s’adonner à un jeu d’équilibre en attendant 2020. Une mission loin d’être aisée.
Le 18/09/2017 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet