Fermer

Côte d’Ivoire: le divorce au sein du RHDP et la délicate équation des ministres du PDCI

Mise à jour le 10/08/2018 à 14h57 Publié le 10/08/2018 à 14h55 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Politique
RHDP
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Si le PDCI a clairement acté sa sortie du RHDP, la question du retrait de ses ministres du gouvernement est loin d’être évidente. Pris en tenaille, ils jouent leur avenir politique.

Que doivent faire les ministres issus du PDCI après le retrait de leur parti du RHDP, la coalition politique au pouvoir? La réponse qui devrait paraître évidente ne l’est pas pour autant dans le contexte politique actuel. Et le parti tente à présent de gérer les répercussions  de sa décision sans fragiliser ses lignes.

Ce jeudi 9 août, le président du parti, Henri Konan Bédié, a effectué une série de rencontres avec les élus et ministres issus de ses rangs. Si les élus (maires, députés, sénateurs, conseillers régionaux) se sont montrés favorables au choix du retrait du RHDP, les ministres, eux, n’ont pas clairement exprimé leur position, du moins officiellement.


LIRE AUSSI: Vidéo. Côte d’Ivoire: le PDCI accuse Ouattara d'être un dictateur


Après avoir rencontré ces derniers, Henri Konan Bédié a par la suite eu un tête-à-tête avec chacun d’eux – notons que 4 ministres sur les 9 du parti, présents au gouvernement, n’ont pas daigné faire le déplacement. Et contrairement aux élus, rien n’a filtré de ces échanges à huis clos, encore moins une déclaration, alors que la question de leur participation au gouvernement a été au centre des échanges.

Le PDCI qui a suspendu l’ensemble de ses ministres de son secrétariat général et radié certains d’entre eux devrait donc faire preuve de patience en attendant de se montrer plus ferme à leur encontre. Il dispose en effet d’un moyen de pression. Dans le contexte de veille électorale – les élections municipale et régionale sont prévues en octobre –, le parti qui voudrait bien préserver son unité, doit opérer le choix de ses candidats et, en temps normal, les ministres sont en pole position. Ces derniers devront donc choisir, en faisant abstraction de leurs convictions, entre la fonction ministérielle et une probable carrière d’élu PDCI. A moins que la coalition RHDP leur ait fait une proposition plus «alléchante».


LIRE AUSSI: Côte d'Ivoire: Ouattara persiste sur le transfert du pouvoir à une "nouvelle génération" en 2020


D’un autre côté, les ministres sont pressés de démontrer leur allégeance au gouvernement et au parti unifié RHDP selon des indiscrétions. Alors que leur nomination avait été conditionnée par leur engagement ferme à soutenir le projet du parti unifié d’après le Premier ministre Gon Coulibaly, ils, du moins certains, ne font pas suffisamment preuve d’un grand enthousiasme dans ce sens, notamment en adhérant au mouvement  pro-RHDP «Sur les traces d’Houphouët-Boigny» du ministre PDCI Kobenan Adjoumani. 


LIRE AUSSI: Côte d'Ivoire: coup de théâtre avec cette déclaration de Ouattara pour 2020


D’après la presse locale, Henri Konan Bédié a sommé ses ministres de se décider d’ici le début de la semaine prochaine. Le président Alassane Ouattara, qui a entamé depuis hier jeudi un déplacement privé en France, devra de toutes les façons en tirer les conclusions au plus tard lors du prochain conseil des ministres prévu avant la fin du mois. En attendant, les ministres indécis du PDCI, d’ailleurs accusés par certaines langues de préférer jouer un double jeu, ont encore le temps de réfléchir à leur avenir politique.
Le 10/08/2018 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi