Fermer

Côte d’Ivoire : optimiste, Gbagbo prépare son retour au bercail

Mise à jour le 16/12/2018 à 09h31 Publié le 16/12/2018 à 08h16 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Politique
Gbagbo

Laurent Gbagbo, ex-président de la Côte d'Ivoire.

© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Dans un livre paru ce 13 décembre, et dont des extraits sont publiés par Jeune Afrique, l’ex-chef d’Etat ivoirien revient sur les années de braise de son règne avec une annonce de taille: «I go back home». Il a fait apprêter une maison dans son village natal pour l’accueillir.

Gbagbo de retour en Côte d’Ivoire? L’optimisme qui a gagné ses partisans au fil de son procès est désormais relayé par l’ex chef d’Etat ivoirien en personne.

«Mon ambition, c’est de revenir chez moi, en Côte d’Ivoire. J’ai réservé une maison pour m’accueillir. I go back home ! J’ai déjà fait acheter des matelas pour remplacer ceux qu’on m’a volés dans ma petite maison du village», a confié Laurent Gbagbo dans son prochain livre intitulé «Libre. Pour la vérité et la justice» (version revue et augmentée d’un premier livre datant de 2014), dont des extraits sont publiés par Jeune Afrique.


LIRE AUSSI: Côte d'Ivoire-CPI: les avocats de Gbagbo dénoncent une "déformation de l'histoire"


Le «Woody» comme l’appellent ses partisans, qui vient de passer 7 ans d’incarcération (depuis novembre 2011) à la CPI, est en effet plus que confiant. En avril dernier, la cour lui avait refusé une treizième demande de liberté provisoire, mais lors de la reprise de son procès en octobre ses avocats avaient plaidé pour «un non-lieu», avançant l’absence totale de preuves incriminant leur client après 3 ans d’un procès interminable.

Une demande d’acquittement qui est en examen alors que des sources relayées par la presse ivoirienne indiquent que 2 des 3 juges de la CPI ont choisi de rouvrir, jeudi dernier, le dossier de sa demande de libération provisoire.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: 6 ans après la crise post-électorale, Gbagbo divise toujours les Ivoiriens


Un retour en politique?

Que fera-t-il si jamais il devait effectivement recouvrer la liberté? «Il n’est pas indispensable d’être président pour faire de la politique, et se rendre utile. La Côte d’Ivoire, l’Afrique, c’est ma vie, et je serai toujours concerné par leur destin», a laissé entendre, évasif, Laurent Gbagbo.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire. Laurent Gbagbo: «je suis otage» de la France


A Abidjan comme à l’intérieur du pays, l’homme continue de diviser. Mais ses partisans restent mobilisés et tout aussi confiants quant à son retour.

Notons par ailleurs que l’ex-président ivoirien revient sur sa thèse du complot de la France, qu’il continue d’accuser d’être à la base de la rébellion armée de 2002, ainsi que sur les arcanes des relations avec l’ancien colonisateur.

Le 16/12/2018 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet