Fermer

Côte d’Ivoire: bientôt un parti politique et un groupe parlementaire pro-Soro

Mise à jour le 19/12/2018 à 18h28 Publié le 19/12/2018 à 16h57 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Politique
Guillaume Soro

Guillaume Soro, président du Parlement ivoirien.

© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : 2019 devrait finir de convaincre sur les ambitions présidentielles de Soro Guillaume. Ce 17 décembre, il rencontrait son «parrain», Henri Konan Bédié, qui prépare la mise en place d’une plateforme de l’opposition. Le lendemain, ses partisans annoncent la création d’un parti politique.

Soro Guillaume sera candidat à la présidentielle de 2020. Cette affirmation laisse de moins en moins de place au doute. Ce mardi 18 décembre, ses partisans, rassemblés au sein de la RACI (Rassemblement des amis de la Côte d’Ivoire), ont annoncé leur projet de constituer un parti politique et un groupe parlementaire en 2020.

«Nous allons créer notre propre groupe parlementaire. (…) Nous avons un congrès en avril prochain pour transformer notre mouvement en parti politique. Nous n'en sommes pas loin», a indiqué le député Loukmane Camara, au cours d’une rencontre du RACI.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire. Présidentielle 2020: vers un tandem Bédié–Soro contre Ouattara?


Un groupe parlementaire et un parti politique,  donc des outils qui manquaient l’arsenal du président de l’assemblée nationale qui se prépare à enfiler son «gilet» d’opposant. Ce lundi 17 décembre, il a rencontré celui qu’il appelle «son parrain», et qui le lui rend bien en le surnommant «mon fils». Au cours d’une rencontre avec Henri Konan Bédié dans son fief de Daoukro, la question de la mise en place d’une plateforme de l’opposition a en effet été au centre des échanges entre les deux hommes.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire. Présidentielle 2020: vers un rapprochement Soro-Blé Goudé


Cette évolution arrive alors que la mise en place du RHDP, qui va muer officiellement en parti politique courant janvier, devrait sans doute se faire sans Soro et ses proches. Des responsables du RHDP l’avaient même convié à démissionner. Une perspective que le RACI a d’ores et déjà rejetée.

Le 19/12/2018 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi