Fermer

Côte d’Ivoire. Présidentielles 2020: voici la condition posée par Ouattara pour ne pas se représenter

Mise à jour le 01/12/2019 à 11h16 Publié le 01/12/2019 à 09h57 Par Kofi Gabriel

#Politique
Alassane Ouattara

Le président ivoirien Alassane Ouattara.

© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Le président ivoirien, Alassane Ouattara, vient d’apporter une réponse claire quant à sa candidature aux prochaines élections présidentielles de 2020. Il a l’intention de ne pas se représenter à un troisième mandat, mais à une seule condition.

Désormais, les Ivoiriens en savent un peu plus sur les véritables intentions du président Alassane Ouattara en ce qui concerne sa probable candidature à un troisième mandat aux présidentielles de 2020.

En déplacement le samedi 30 novembre 2019 à Katiola, le président en exercice a expliqué à l’assistance que son intention était «bien de transférer le pouvoir à une nouvelle génération». En clair, il ne compte pas postuler à un troisième mandat à la tête de la Côte d’Ivoire.

Toutefois, Alassane Ouattara avertit que cette décision est soumise à une condition de taille. «Je le ferais, mais que tous ceux de ma génération comprennent que notre temps est passé, et que nous devons tous nous mettre de côté», a-t-il tenu de souligner.


LIRE AUSSI: Vidéo. Côte d'Ivoire. Présidentielle 2020: Alassane Ouattara maintient le suspense sur sa candidature


Ainsi, au cas où «ceux de [sa] génération» décidaient de se présenter aux présidentielles de 2020, lui aussi se lancerait dans la bataille pour un troisième mandat, le président justifiant cette décision par le fait qu’il ne souhaitait pas que la Côte d’Ivoire revienne en arrière.

Sans les nommer explicitement, le président Ouattara fait surtout allusion aux deux autres dinosaures de la politique ivoirienne de ces dernières décennies: Henri Konan Bédié, président du PDCI et ancien allié du RHDP, et Laurent Gbagbo, ancien président du FPI.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire. Présidentielle 2020: vers un tandem Bédié–Soro contre Ouattara?


Ce dernier, actuellement jugé à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, a peu de chances de pouvoir participer aux élections présidentielles en Côte d’Ivoire.

C’est donc surtout à son ancien allié, Henri Conan Bédié, qu’est destinée cette condition.

Celui-ci est, pour certains, à l’origine des tensions que la Côte d’Ivoire a traversées durant la crise politique à cause de son concept d’«Ivoirité», qui tend à réfuter la nationalité ivoirienne à certaines catégories de la population, qui pourraient avoir des ascendants originaires des pays frontaliers de la Côte d’Ivoire.
Le 01/12/2019 Par Kofi Gabriel