Fermer

Côte d’Ivoire. Mutinerie: un accord «sur les modalités de sortie de crise»

Mise à jour le 15/05/2017 à 21h23 Publié le 15/05/2017 à 21h19 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Société
Alain Donwahi Ministre défense CIV
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Vers une de sortie de crise ? Après quatre jours de bras de fer, le gouvernement ivoirien affirmé avoir trouver un accord avec les soldats entrés en mutinerie. Mais, à ce stade, rien ne filtre sur le contenu de cette nouvelle entente.

Le gouvernement ivoirien vient d’annoncer un accord avec les soldats mutins ce lundi soir. «L’état-major général à entrepris des échanges avec les soldats (…) et à l’issue de ces échanges,  un accord à été trouvé sur les modalités de sortie de crise» a déclaré sur les antennes de la télévision ivoirienne le ministre en charge de la Défense, Alain Donwahi. 
 
Si aucun détail n’a filtré le contenu de l’accord, tout porte à croire que l’Etat s’est engagé à mettre la main à la poche pour satisfaire les revendications de ces hommes en armes. Les soldats sont, en conséquence, appelés à retourner dans les casernes. Un appel dont le respect constitue un premier test sur la crédibilité de l’accord.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: les mutins toujours en armes malgré les menaces d'intervention musclée


 

 
Il faut dire que le pays courait le risque d’un enlisement de la situation. Après Abidjan et Bouaké, plusieurs autres villes importantes du pays, Daloa, Man, Korhogo, Bondoukou et la ville portuaire de San Pedro, étaient entrés dans la danse, montrant ainsi l’extension du mouvement de colère.
 
A Abidjan où l’inquiétude grandissait, les populations avaient commencé à faire des provisions afin de parer au pire. Dans des vidéos circulant sur le net, les mutins brandissant des armes de guerre montraient en effet leur détermination à obtenir gain de cause vaille que vaille, de quoi créer une certaine psychose.
 
La déclaration ressort d’une réunion de crise tenue ce lundi sous conduite du président Alassane Ouattara avec la participation du premier ministre et des grands commandements de l’armée.
 
Après quatre jours d’incertitude, le pays pourrait connaître une première nuit sans bruits de bottes

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: l'armée sonne la fin de la récréation contre les récalcitrants de Bouaké


 

 
Le 15/05/2017 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi