Fermer
#Economie

Vidéo. Maroc-Gabon: les opportunités d'échanges et d'investissement expliquées aux opérateurs marocains

Mise à jour le 15/09/2017 à 16h14 Publié le 15/09/2017 à 16h05 Par Moussa Diop et Saâd Aouidy

#Gabon : Le Forum Gabon-Maroc organisé les 14 et 15 septembre par l’Ambassade du Gabon à Rabat vise à donner une nouvelle impulsion au volet économique des relations entre les deux pays. Opportunités d’investissement, secteurs ciblés et rôles des agences ont été expliqués aux investisseurs potentiels.

C’est un euphémisme d’affirmer que le Gabon et le Maroc entretiennent d’excellentes relations politiques. Des relations historiques de plus d’un demi siècle. A celle-ci sont venues se greffer d’autres, notamment culturelles mais aussi de plus en plus économiques. Toutefois, ces dernières, malgré les progrès importants réalisés au cours de ces dernières années, restent en deçà des aspirations des décideurs politiques et des opérateurs économiques des deux pays, surtout que les potentialités sont importantes.

Ainsi, au niveau des échanges, ceux-ci restent faibles. Ils s’établissent autour de 450-500 MDH. Le Maroc exporte des agrumes, de l’acide phosphorique, des demi-produits, des articles en papier et carton, de l’aluminium, etc. Il importe du Gabon principalement du bois et des produits divers d’origine végétale.

Si les échanges entre les deux pays sont encore globalement faibles, au niveau des investissements, on note une présence de plus en plus marquée des opérateurs marocains au Gabon. C’est le cas de Maroc Telecom avec ses filiales Gabon Telecom et Moov Gabon, Attijariwafa bank avec Union gabonaise de banque (UGB), Managem (mine d’or de Bakoudou), Addoha (CIMAF Gabon), Satram (transport maritime), etc.


LIRE AUSSI : Gabon-Maroc: un forum d’affaires à Rabat pour promouvoir les investissements et les échanges


Seulement, aussi bien au niveau des échanges commerciaux qu’au niveau des investissements, les marges de progressions restent notables. C’est pour passer à une étape supérieure au niveau des relations économiques que l’ambassade du Gabon au Maroc, sous l’impulsion de Abdu Razzaq Guy Kambogo, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, Haut représentant du Gabon au Maroc, a organisé les 14 et 15 septembre courant le Forum d’affaires Maroc-Gabion dans les locaux de l’ambassade du Gabon à Rabat.

«L’Ambassade du Gabon au Maroc inscrit son action dans le cadre du Plan stratégique Gabon Emergent (PSGE), la vision stratégique du président de la République Ali Bongo Ondimba. Ce Forum d’affaires Maroc-Gabon va permettre de présenter aux opérateurs économiques marocains les nombreuses opportunités d’investissements présentes au Gabon dans les secteurs prioritaires: énergie, agriculture, tourisme, pêche, infrastructures, etc. Nous souhaitons que le Maroc soit notre partenaire privilégié dans le domaine des affaires et que les relations maroco-gabonaises deviennent un modèle de coopération Sud-Sud», a souligné Abdu Razzak Guy Kambogo.

Et les opportunités ne manquent pas. En effet, dans le cadre de la diversification de son économie, le Gabon compte investir 21 milliards de dollars sur les prochaines années pour renforcer ses infrastructures et soutenir sa croissance hors pétrole. Ces investissements cibles particulièrement les routes (plusieurs corridors programmés), les ports, le chemin de fer, l’énergie (centrales électriques, hydroélectriques et lignes électriques), etc.


LIRE AUSSI : Vidéo. FIAD 2017: la Zone économique spéciale de Nkok au Gabon cherche des investisseurs


Ainsi, l’objectif de cette rencontre est de positionner le Gabon en tant que destination d’opportunités d’investissements directs des opérateurs marocains de plus en plus actifs sur le continent. Sur ce point, les investisseurs marocains sont invités à investir au Gabon dans les domaines prioritaires : agriculture, infrastructures (routes, ports, etc.), énergies (barrages, centrales électriques, etc.), mines (manganèse, fer, or, etc.), forestiers (transformation du bois), tourisme, logements, eau et assainissement, santé, etc.

Afin de stimuler les échanges et les investissements, deux panels ont permis de décliner les potentialités et les opportunités du Gabon, d’une part, et les rôles des agences, fonds souverains, Caisse de dépôts et de développement dans l’accompagnement des opérateurs économiques et des investisseurs, d’autre part. Les potentialités, les opportunités, les financements et les incitations à l’investissement ont été expliqués aux opérateurs durant ces deux panels.


LIRE AUSSI : Vidéo. «BtoB in Africa: le Premier ministre gabonais loue l’impact des entreprises marocaines


Reste que si au niveau des échanges commerciaux et des investissements, des progrès sont à faire, il y a tout de même un volet qui connaît aussi un succès notable. C’est celui de la formation des étudiants et cadres gabonais au Maroc. Conscient aussi qu’il n’y a pas de développement sans les ressources humaines de qualité, le Maroc appuie depuis de longue date le Gabon dans la formation de son capital humain. Selon Mohamed Methqal, Ambassadeur-directeur général de l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), depuis la création de l’agence, plus d’un millier d’étudiants gabonais ont été formés au Maroc. A ceux-ci il faut ajouter les formations de perfectionnement dédié aux fonctionnaires gabonais.

Pour l’année universitaire 2017-2018, ce sont une centaine d’étudiants gabonais qui vont bénéficier des bourses marocaines pour poursuivre leurs études au Maroc. Ainsi, a souligné le directeur général de l’AMCI, «le Gabon est depuis de longue date au cœur des préoccupations de l’AMCI». Une préoccupation qui rentre dans le cadre de la politique africaine dans laquelle s’est engagé le Maroc et qui vise le renforcement de la coopération, la promotion de l’investissement et le développement durable.

Pour sa part, Ali Mehrez, du Centre marocain de promotion des exportations (CMPE), a mis l’accent sur l’approche gagnant-gagnant de la coopération Maroc-Gabon tout en insistant sur la nécessité du renforcement des échanges commerciaux entre les deux pays.

Le 15/09/2017 Par Moussa Diop et Saâd Aouidy