Fermer

Gabon: Pourquoi Ali Bongo a nommé un Britannique ministre des Forêts

Mise à jour le 20/06/2019 à 14h33 Publié le 20/06/2019 à 14h23 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Gabon. Mesures d'austérité: dialogue entre le gouvernement et les syndicats

Lee White.

© Copyright : DR

#Gabon : Il a fallu que se produise un énorme scandale désigné sous le nom de "kevazingogate" pour que le Président Ali Bongo nomme Lee White, ministre des Forêts. Mais, l'homme est sans doute l'un des plus méritants qui ont jamais occupé un tel poste.

L'ex-dirigeant de l'Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) Lee White, naturalisé gabonais, est désormais à la tête du ministère gabonais des forêts. Mais sa nomination s'explique par plusieurs raisons, liées à la compétence de ce Britannique naturalisé Gabonais depuis une dizaine d'années, mais aussi à un concours de circonstance. 

Le président gabonais Ali Bongo Odimba a créé la surprise en propulsant un Britannique naturalisé gabonais, Lee White, réputé pour être un écologiste intransigeant, à la tête du ministère gabonais des forêts, une nomination audacieuse et inédite en Afrique. Quelques semaines après la révélation du "kevazingogate", un trafic de bois précieux qui a provoqué un scandale politique au Gabon, la présidence a annoncé lundi un remaniement ministériel dont le changement le plus notable est la nomination de Lee White aux commandes de ce ministère.


>>>LIRE AUSSI: Gabon: voici la composition du nouveau gouvernement d'Ali Bongo

Naturalisé gabonais en 2008, Lee White, 53 ans, est né à Manchester et a notamment grandi en Ouganda, où "il se bagarrait à l'école avec les fils (du président) Idi Amin Dada", selon sa biographie officielle. Titulaire d'un doctorat en zoologie après une thèse sur la réserve de faune de Lopé-Okanda au Gabon, il est décoré en 2010 par la reine Elizabeth II pour services à la protection de la nature en Afrique centrale, selon la même source. Selon des médias gabonais, il est surtout connu pour être "le monsieur vert des présidents Bongo (père et fils)".

Avant sa nomination, il dirigeait l'Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) depuis 2009. L'ANPN est chargée de la gestion des 13 parcs nationaux créés par le défunt président Omar Bongo Odimba, le 4 septembre 2002. Lee White est "un homme passionné, mais aussi un fin politicien", déclare sous couvert d'anonymat un spécialiste du monde de la protection de la nature au Gabon.

"Cette nomination ne peut être qu'une bonne nouvelle"


Arrivé dans ce petit pays d'Afrique centrale en janvier 1989, il serait un passionné du continent, selon des médias gabonais. Il aime notamment donner des interviews en marchant dans la luxuriante forêt du parc national Raponda Walker, près de Libreville.


>>>LIRE AUSSI: Gabon: Ali Bongo limoge le vice-président et le ministre des Forêts

"Cette nomination ne peut être qu'une bonne nouvelle pour le monde des protecteurs de l'environnement au Gabon", se réjouit le directeur de l'ONG américaine de défense de l'environnement WCS au Gabon Gaspard Abitsi. "Il connaît parfaitement les défis de la conservation au niveau national comme international. Nous espérons que cela va aider à accélérer la préservation de la faune et de la flore ici".

"Lee White a des ambitions démesurées"


Cet enthousiasme n'est toutefois pas partagé par tous. "Il y a aujourd’hui d'énormes problèmes de gestion à l’ANPN, qui ne représente que 10% du territoire. Désormais, Lee White va devoir gérer toutes les forêts" au Gabon, déclare Marc Ona, président de l’association Brainforest et membre de l’opposition. "Lee White a des ambitions démesurées, mais s'il n’a pas réussi à l’ANPN pourquoi y arriverait-il sur toute l’étendue du territoire? Ce n’est pas un problème d’homme à la tête de ce ministère, mais tout le système autour de l’exploitation forestière qui est corrompu", souligne cet expert gabonais.

La nomination de Lee White intervient après le scandale du "kevazingogate" qui a ébranlé la classe politique et conduit au limogeage du ministre des Forêts Guy Bertrand Mapangou et du vice-président du Gabon, Pierre Claver Maganga Moussavou, le 21 mai dernier.

Qu'est-ce que le "kevazingogate" ?

Fin février et début mars, près de 5.000 mètres cube de kévazingo, une essence rare interdite d'exploitation au Gabon et d'une valeur d'environ 7 millions d'euros, avaient été découverts dans deux sites d'entreposage appartenant à des sociétés chinoises, au port d'Owendo, à Libreville.


>>>LIRE AUSSI: Gabon. Mesures d'austérité: dialogue entre le gouvernement et les syndicats

Une partie du kévazingo était chargée dans des conteneurs sur lesquels figurait le tampon du ministère des Eaux et Forêts indiquant une cargaison d'okoumé, une essence de bois dont l'exploitation est autorisée.

Représentant 60% du PIB (hors hydrocarbures), le secteur forestier est l'un des piliers historiques de l'économie du Gabon, un pays recouvert à près de 80% par la forêt.

Fin mars, le rapport d'une ONG britannique avait aussi dénoncé les pratiques illégales d'un groupe chinois à l'origine d'un vaste trafic d'exploitation de bois au Gabon et au Congo, accusant notamment plusieurs personnalités politiques et agents de l'administration d'y être impliqués.

A cette période, Lee White a publié plusieurs messages politiques sur son compte Twitter, à l’image d'un tweet, publié mi-mai, où il met en exergue ce rapport ciblant notamment l’opposant Jean Ping, candidat malheureux à la présidentielle de 2016 qui revendique toujours la victoire.
Le 20/06/2019 Par Le360 Afrique - Afp