Fermer

Guinée: la Cour constitutionnelle valide la version controversée du Code électoral

Publié le 18/06/2017 à 11h36 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Politique
Kèlèfa Sall, président de la Cour constitutionnelle

Kèlèfa Sall, président de la Cour constitutionnelle

#Guinée : Une version controversée du Code électoral a été déclarée conforme, vendredi 16 juin, par la Cour constitutionnelle qui l'examinait depuis mardi. L'arrêt de la Cour pourrait encore susciter des remous.

Vendredi, dans la journée, beaucoup de Guinéens n'avaient pas encore pris connaissance de la décision de la Cour. Pourtant, une source issue de l'institution a indiqué que l'arrêt avait été signifié aux différentes personnes physiques et morales qui l'avaient saisie, en vue d'une invalidation du code.

Avec cette version controversée du code, les maires et les chefs de quartier ne seront plus des élus locaux en Guinée. Le nouveau code prévoit en effet la désignation des chefs de quartier au prorata des résultats que les partis politiques auront obtenus aux élections communales. Une disposition du nouveau code qui fâche la société civile et une partie de la classe politique.


LIRE AUSSI: Guinée: la Cour constitutionnelle examine une version contestée du code électoral


 


Ceux qui sont contre ce code modifié estiment que cette disposition retire aux citoyens leurs droits. "Il ne revient pas aux partis politiques de faire élire les représentants des citoyens à la base", estime Sekou Koundouno de "Debout citoyen", un des mouvements mis en place en 2016 contre l'accord conclu cette même année entre la mouvance présidentielle et l'aile dure de l'opposition guinéenne. Parmi les points de cet accord, l'un d'eux prévoyait la modification du Code électoral.

Adoptée en février, la version modifiée du code a été transmise le mois suivant à la Cour constitutionnelle. Mais l'institution n'a commencé à l'examiner que lorsque l'opposition républicaine a menacé lundi dernier de reprendre ses manifestations, notamment à cause de la modification du Code électoral.
Le 18/06/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou