Fermer

Guinée: un chroniqueur islamique condamnés pour une escroquerie de 800.000 euros

Mise à jour le 15/04/2017 à 10h21 Publié le 15/04/2017 à 09h47 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Société
Oustaz

Oustaz

#Guinée : Oustaz Taïbou, célèbre chroniqueur islamique, et sa femme ont été condamnés vendredi par un tribunal de la banlieue de Conakry pour escroquerie portant sur huit milliards de francs guinéens (plus de 800 000 euros). Leurs avocats vont interjeter appel.

C'est l'épilogue d'une affaire qui a commencé depuis 2016 ou du moins en attendant ce que donnera l'appel annoncé par les avocats de la défense. Oustaz Taïbou, de son vrai nom Mamadou Taïbou Bah, et sa femme ont été condamnés par le tribunal de première instance de Mafanco alors qu'ils ont toujours plaidé non coupables.

Le chroniqueur écope de 18 mois de prison dont 12 avec sursis et du paiement d'une amende de 20 millions de francs guinéens (environ 2 000 euros). Quant à son épouse Hafsatou Baldé, elle est condamnée à 15 mois de prison ferme et au paiement de 30 millions de francs guinéens.



LIRE AUSSI: Vidéo. Gare aux cybercriminels ghanéens


 

 
Concernant l'action civile, le couple a été condamné au remboursement des 8 086 000 000 francs guinéens qui lui sont réclamé par sa victime, le cambiste Thierno Nouhou Diallo. Leurs biens seront confisqués par la justice jusqu'au paiement intégral de ce montant.
 

Satisfeicit par-ci et rejet par-là

 
"C'est un mal jugé. Nous allons donc relever contre cette décision du tribunal ", a réagi Me Thierno Ibrahima Barry, l'avocat d'Oustaz, visiblement mécontent de la décision.
 
En revanche, la partie civile croit que le droit est dit dans cette affaire dans laquelle le procureur de la République avait déjà requis 18 mois de prison avec sursis et 500 000 francs guinéens contre chacun du prédicateur et de sa femme. " C'est une sage décision, puisque le droit était de notre côté ", s'est réjoui Me Alseny Aïssata Diallo. 
 
Les faits à la base de la condamnation du  célèbre prédicateur remontent au mois de juillet 2015. Alors des bons vieux amis,  Thierno Nouhou Diallo sera invité par Oustaz Taïbou et son épouse Hafsatou Baldé dans un projet de commercialisation de poissons. Convaincu, Nouhou Diallo va prêter 50 000 dollars au couple dans un premier temps.  " Oustaz m'a fait croire que sa femme est dans le commerce de poissons...


LIRE AUSSI: La Guinée en ordre de bataille contre la cybercriminalité

Mais je n'avais pas vérifié ", a indiqué à la barre Nouhou. Qui à l'époque des faits, ne pouvait jamais imaginer venir au tribunal pour réclamer son argent. Tant qu'il avait confiance au "pieux dévot" Oustaz Taïbou. De nouveaux prêts suivront jusqu'à atteindre 8 086 000 000  francs guinéens. Nouhou s'attendait surtout à des intérêts sur tout ce montant comme conclu lors des discussions autour du deal.
 

"Affaire encore en cours"

 
Quand le couple a commencé à tarder à rembourser l'argent du cambiste, celui-ci a eu des suspicions. Il a donc cherché à mener des enquêtes sur l'entreprise qui fournit les poissons à l'épouse du prédicateur. Mais il finira par se rendre compte qu'il s'agit d'une machination. L'entreprise a bien traité affaire avec madame, mais à une valeur bien en deçà des 8 milliards de francs guinéens.
 
Madame Oustaz préfère parler d'une affaire encore en cours. Elle reconnaît avoir reçu de l'argent de la part de Nouhou, mais elle lui a tout aussi remboursé une bonne partie. Et que les sommes d'argent prêtées par le cambiste n'ont pas généré les intérêts escomptés. Cependant dans des enregistrements sonores fournis au dossier par la partie civile, Hafsatou Baldé admet avoir trompé Nouhou.
 
Pour sa part, le prédicateur a toujours clamé n'avoir rien reçu de Nouhou. Or, il a accepté d'apposer sa signature sur un reçu de 600 millions de francs guinéens. Sur ce, il dit l'avoir fait parce que l'affaire concernait sa femme.
 
Chroniqueur très apprécié en Guinée et au sein de la diaspora, la réputation d'Oustaz Taïbou a pris un gros coup avec cette affaire qui l'a fait rejoindre sa femme en prison le 25 novembre dernier. Avant de passer par la case prison, ses prêches avaient déjà été interdites. 
Le 15/04/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

à lire aussi