Fermer

Mali: des Maliens expulsés de France arrivent menottés à Bamako

Mise à jour le 27/12/2016 à 20h51 Publié le 27/12/2016 à 20h49 Par Kofi Gabriel

#Société
expulsé
© Copyright : DR

#Mali : Pour les autorités maliennes, aucun accord de réadmission des migrants en situation irrégulières n’a été signé avec l’Union européenne (UE). Pourtant, les expulsions de Maliens se multiplient. Pire, ils arrivent menottés à Bamako. Une situation qui ne semble pas indigner les autorités de tutelle.

Kiosque le360 Afrique: Le Mali a t-il ou non signé avec l’Union européenne un accord autorisant l’expulsion des migrants maliens en situation irrégulière? Pour les autorités maliennes, la réponse est non. Aucun accord de réadmission n’a été signé en ce sens. «Nous n’avons pas signé d’accord, mais nous devons respecter la loi française», a expliqué le ministre des Maliens de l’extérieur Abdaramane Sylla.

Dans ces conditions, comment expliquer alors le nombre croissant de Maliens expulsés de l’Union européenne. Selon maliactu.net, «presque chaque vol d’Air France à destination de Bamako arrive avec de nouveaux expulsés».


LIRE AUSSI :
819 migrants maliens expulsés entre janvier et mars 2016


Preuve aussi qu’un accord a été signé, «l’Union européenne affirme que du mois d’octobre au mois de décembre, les agents d’identification du gouvernement malien ont sillonné 5 pays d’Europe à la recherche des Maliens en situation irrégulière afin qu’ils puissent être expulsés vers le Mali». Ainsi, d’après les autorités, ces agents ont identifié 9 Maliens à Maltes auxquels il faut ajouter plus de 200 autres détenus dans des camps en Italie.


LIRE AUSSI :
Des passagers d'un avion empêchent l’expulsion d’un réfugié de Belgique vers le Cameroun


Au-delà des expulsions elles-mêmes, les Maliens sont indignés par la manière dont elles s’effectuent. En effet, les Maliens expulsés arrivent à l’aéroport de Bamako menottés. Sur ce point, la réponse avancée par le ministre indigne nombre de ses compatriotes. Interpellé alors qu'il était censé voyager sur le même vol qu'un de ces sans-papiers, expulsé menotté, le ministre des Maliens de l’extérieur avait eu une réponse laconique. «S’il est menotté pour être rapatrié de force c’est qu’il a fait quelque chose», avait-il affirmé, selon maliactu.net. Toutefois, cette manière d’expulser le clandestin avait heurté les autres passagers maliens du vol d’Air France qui avaient fini par obtenir que leur jeune compatriote soit démenotté avant le décollage de l’avion.
Le 27/12/2016 Par Kofi Gabriel