Fermer

Vidéo-Mali: inquiétante prolifération des "Pharmacies par terre" à Bamako

Mise à jour le 20/11/2019 à 17h02 Publié le 20/11/2019 à 16h46 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Société
Mali: inquiétante prolifération des "Pharmacies par terre" à Bamako
© Copyright : DR

#Mali : Depuis quelques années, on assiste à une prolifération d’une autre forme de pharmacie communément appelée «Pharmacie par terre». Tous les produits pharmaceutiques sont vendus par ces «pharmaciens» avec des conséquences néfastes sur les malades, notamment parmi les plus pauvres d’entre eux.

La phénomène des «Pharmacies par  terre» à Bamako a pris un tour inquiétant, ces dernières années. Dans les gares routières, au bord des routes, dans les marchés et dans d’autres endroits très fréquentés, on constate une véritable prolifération de ces vendeurs, assis par terre, qui proposent des médicaments.

Les autorités et les services techniques concernés par la lutte contre ce phénomène mènent de temps à autre des contrôles de routine pour freiner le phénomène. Toutefois, on voit clairement que les moyens suffisants ne sont pas mis en place pour éradiquer ces ventes informelles de médicaments, qui constituent des dangers sanitaires pour les citoyens.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire. Faux médicaments: 30 tonnes saisies au marché Roxy


En effet, il s’agit souvent de faux médicaments et/ou de médicaments dont les dates de préremption sont dépassées, et qui devraient donc être détruits. Parfois, ce sont certains pharmaciens agréés eux-mêmes, malhonnettes, qui "refourguent" ces médicaments aux vendeurs de médicaments dans les rues. 


Ces vendeurs ciblent tout particulièrement une population analphabète et pauvre, donc ne disposant pas des ressources nécessaires pour acheter des médicaments dans les pharmacies, et qui ignorent les effets néfastes de ces médicaments.


LIRE AUSSI: Mauritanie. Faux médicaments: des interpellations dans les milieux pharmaceutiques


Malheureusement, les «remèdes» vendus par ces pseudo-pharmaciens font des ravages parmi les plus vulnérables des Maliens, sans que pour l'instant les autorités ne prennent le problème à bras-le-corps pour y mettre définitivement fin.
Le 20/11/2019 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté