Fermer

Gabon: tous les hauts responsables à Rabat

Mise à jour le 04/12/2018 à 17h39 Publié le 04/12/2018 à 17h36 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Ali Bongo

Ali Bongo, président du Gabon.

© Copyright : DR

#Maroc : Tous les plus hauts responsables du Gabon, dont le Premier ministre et le vice-président, se trouvaient mardi à Rabat où le président Ali Bongo Ondimba est hospitalisé, a appris l'AFP de source officielle à la présidence gabonaise.

Emmanuel Issoze Ngondet, Premier ministre, Pierre-Claver Maganga Moussavou, vice-président, Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle, ainsi que Brice Lacruche Alihanga, directeur de cabinet du président Bongo, sont arrivés lundi soir au Maroc, a-t-on ajouté.

Ali Bongo Ondimba, 59 ans, était, lui, arrivé jeudi 29 novembre dans un hôpital militaire de la capitale marocaine pour y poursuivre sa convalescence, après plus d'un mois passé dans un hôpital de Ryad pour une maladie qui reste officiellement inconnue.

Lundi, le roi du Maroc, Mohammed VI, ami de longue date du président gabonais, lui a rendu visite à l'hôpital.


LIRE AUSSI: Rabat: jeux de pouvoirs et intrigues entre Gabonais


Une photo et une courte vidéo de la rencontre prises par le palais royal marocain ont été publiées: elles montrent les deux dirigeants assis dans des fauteuils installés autour d'une petite table sur laquelle sont posés deux verres et surmontée des drapeaux de leurs pays.

La communication officielle sur la santé d'Ali Bongo est restée pour parcimonieuse à Libreville avec, en plus d'un mois, seulement deux interventions du porte-parole de la présidence, Ike Ngouoni, qui se trouve également au Maroc.

La première, le 28 octobre, pour annoncer son hospitalisation quatre jours auparavant en Arabie saoudite, à la suite d'un "malaise" provoqué par "une fatigue sévère", due à une "très forte activité" récente.


LIRE AUSSI: Vidéo. Les premières images d'Ali Bongo avec Mohammed VI


La seconde, le 11 novembre, pour préciser qu'il était "dans une phase de recouvrement de la plénitude ses facultés physiques", après "un saignement justifiant une prise en charge médico-chirurgicale en secteur hautement spécialisé". Une manière implicite de dire que son état était sérieux.

Mais à aucun moment la présidence n'a révélé quel était le mal dont souffrait le chef de l'Etat. Seules des sources non officielles ont évoqué un accident vasculaire cérébral (AVC).
Le 04/12/2018 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi