Fermer

Guinée: SINTRAM Maroc construit deux barrages

Mise à jour le 01/11/2017 à 13h14 Publié le 01/11/2017 à 10h30 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Economie
Image Mediaguinee.com

Image Mediaguinee

#Maroc : La Société internationale de travaux Maroc (SINTRAM) va réaliser deux micro-barrages d’une capacité couplée de 110 mégawatts pour l’électrification de huit préfectures en Haute-Guinée.

"Aujourd’hui, on peut dire que toutes les études techniques, topographiques et de conception sont terminées. Nous allons passer à l’étude d’exécution et les chantiers pourront démarrer sous peu", a déclaré El Mouloudi Benhamane, le PDG de SINTRAM, au terme d’une visite sur les sites des micro-barrages de Kogbèdou et Frankonédou, dans la région de la Haute-Guinée.

Le PDG, qui était accompagné d’une équipe de techniciens marocains et guinéens, souhaitait constater le niveau d’avancement des études de faisabilité qui ont démarré au mois de mai dernier. "Je suis satisfait de ce qui est déjà réalisé. Les travaux vont commencer avant la saison hivernale", a-t-il indiqué.

LIRE AUSSI : Sintram rafle le projet de construction de deux micro-barrages en Guinée

Couplés, les deux micro-barrages offriront une capacité globale de 110 mégawatts. Une capacité énergétique suffisante pour alimenter les huit préfectures de la région naturelle de la Haute-Guinée.


La durée prévisionnelle des travaux est de 36 mois. Selon le PDG de l’entreprise marocaine, la réalisation de ces deux barrages permettra la création de 460 emplois directs et plus de 2.000 emplois indirects. "Nous comptons privilégier l’emploi des jeunes de cette région", a-t-il annoncé.


LIRE AUSSI : Guinée: énergie, avancées dans la construction du grand barrage Souapiti


Les études topographiques et de conception ont été financées par SINTRAM et son partenaire guinéen Guiter SA. Mais le PDG de l’entreprise guinéenne, qui n’a pas dévoilé le coût de réalisation des deux micro-barrages, a signalé que le projet est soutenu par plusieurs bailleurs de fonds, dont la Banque islamique de développement (BID). "Nous avons les moyens nécessaires pour réaliser ce projet", a assuré Ansoumane Kaba, PDG de Guiter SA.

Toutefois, selon nos sources, le coût des deux micro-barrages qui seront réalisés en BOT (Build operate transfert) est estimé à environ 400 milions de dollars. 


Il faut signaler que les deux micro-barrages s’inscrivent dans un vaste programme énergétique du gouvernement guinéen qui a déjà réalisé Kaléta (244 mégawatts) et a lancé les travaux de Souapiti (d’une capacité prévisionnelle de 515 mégawatts).
Le 01/11/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou