Fermer

Maroc: les filiales africaines d'Attijariwafa bank pèsent 32% du résultat

Publié le 26/02/2018 à 18h28 Par Moussa Diop

#Economie
Attijariwafa bank
© Copyright : DR

#Maroc : Le groupe Attijariwafa bank vient de publier ses résultats financiers au titre de l’exercice 2017. La Banque de détail à l’international (BDI), qui porte les filiales africaines, accroît fortement sa contribution dans le résultat du groupe grâce notamment à sa nouvelle filiale égyptienne.

Le groupe Attijariwafa bank vient de publier ses résultats au titre de l’exercice 2017. Ceux-ci sont marqués par une progression à deux chiffres de tous les indicateurs économiques et financiers. Ainsi, le produit net bancaire (Pnb) consolidé du groupe a progressé de 10% à 21,6 milliards de dirhams, le résultat net consolidé a bondi de 16,5% à 6,6 milliards de dirhams et le résultat net part du groupe a progressé de 13,3% pour s’établir à 5,4 milliards de dirhams.

Des performances portées par des croissances de l’ensemble des pôles du Groupe mais aussi par l’effet du changement de périmètre, avec la consolidation des nouvelles filiales acquises, notamment d’Attijariwafa bank Egypt (ex-Barclays Bank Egypt) dont les résultats se sont consolidés. A périmètre constant, la croissance du résultat net part du groupe ressort à 11,3%.


LIRE AUSSI: Vidéo. Grand format. Ismaïl Douiri: Attijariwafa bank, ses perspectives et l'Afrique


Ainsi, le résultat net part du groupe a été fortement soutenu par les performances des filiales africaines. En effet, la Banque de Détail à l’International (BDI) affiche de loin la plus forte progression, avec une hausse de 45,2% (+14,8% à périmètre et cours de change constant) en terme d’apport au résultat net part du groupe.

Effets positifs de la filiale égyptienne

La filiale égyptienne a réalisé des résultats marqués par une croissance remarquable. Ainsi, le produit net bancaire et le résultat net de la banque égyptienne ont progressé respectivement de 27,1% et 67,8% entre 2016 et 2017. Preuve de la forte rentabilité de cette nouvelle acquisition, le rendement des fonds propres (RoE) de la banque égyptienne s’est établi à 31,8% et la rentabilité des actifs (RoA) à 4%.

Ainsi, le groupe Attijariwafa bank confirme la pertinence de son choix stratégique opéré fin 2016, lorsqu'il a décidé de céder une partie de sa participation dans Wafa Assurance-pourtant très rentable à l'époque- pour financer l'acquisition de Barclays Egypt, une filiale dont le top management ne cessait de vanter les opportunités qu'elle présente.


LIRE AUSSI: Maroc: le Forum international Afrique développement d'Attijariwafa bank prévu en octobre


Les résultats affichés par la filiale égyptienne confortent donc ces prévisions et les perspectives de croissance de cette entité sont encore plus importantes. Ce marché compte en effet plus de 95 millions d’habitants et l'économie égyptienne retrouve sa dynamique. Elle devrait d'ailleurs afficher la meilleure croissance du PIB au niveau de la région MENA.

A ce titre, et pour accompagner cette dynamique, le groupe Attijariwafa bank a concocté un plan de développement pour sa filiale, qui vise à renforcer la position de la banque au niveau de l’échiquier bancaire égyptien, sachant que le groupe se fixe toujours comme objectif de figurer dans les trois premières banques du pays d'implantation.

32% du résultat net part du groupe

Grâce aux performances des filiales africaines, la contribution de la Banque de détail à l’international (BDI) dans le résultat net part du groupe Attijariwafa bank est passé de 23% en 2016 à 32% en 2017.


LIRE AUSSI: Attijariwafa bank Europe lance le transfert d’argent vers l'Afrique en quelques clics


Ainsi, quasiment le tiers des bénéfices du groupe vient désormais de ces filiales. Une tendance qui devrait se renforcer et se confirmer dans les années à venir grâce au développement du réseau, aux effets positifs des synergies groupe, à la croissance organique des filiales et aux potentialités de développement des marchés financiers africains, où les perspectives de croissance économique et démographiques combinées aux faibles taux de bancarisation et d’inclusion financière offrent d’importantes marges de progression, contrairement au marché marocain qui a atteint une certaine maturité.

Le 26/02/2018 Par Moussa Diop