Fermer

Covid-19: voici la situation en Afrique où on a franchi la barre des 3 millions de cas

Mise à jour le 11/01/2021 à 14h40 Publié le 10/01/2021 à 14h06 Par Moussa Diop

#Société
Remontée des cas de covid-19 au Sénégal

Remontée des cas de covid-19 au Sénégal

© Copyright : Dr

#Maroc : La seconde vague du coronavirus touche l’Afrique de plein fouet. Les contagions augmentent fortement en Afrique subsaharienne, région jusque-là, en dehors de l’Afrique du Sud, relativement épargnée. Quelques facteurs expliquent cette forte contagion de cette vague. Voici la situation par pays.

La seconde vague du Covid-19 touche durement l’Afrique, en dépit des statistiques qui sont loin de refléter la réalité en l’absence de réalisation de tests. Et le continent affiche depuis quelques semaines les taux de croissance des contagions hebdomadaires les plus élevés. De plus, le 8 janvier dernier, le continent a enregistré son pic de contagion avec plus de 35.898 nouveaux cas enregistrés officiellement en 24 heures, du jamais vu auparavant. 

Du coup, la courbe des personnes officiellement contaminées connaît une croissance exponentielle dépassant la barre des 3 millions de contaminés, à 3,02 millions de contaminés en fin de soirée du 9 janvier, pour un peu plus de 72.900 décès (un taux de létalité de la pandémie du Covid-19 de 2,41%) et 2,45 millions de guéris. Ainsi, avec ces chiffres, le continent reste relativement épargné.


LIRE AUSSI: Vidéo. Tunisie: les médecins sont contraints de choisir ceux qu’il faut sauver, affirme un chef d'une unité Covid-19


Représentant 17% de la population mondiale, l’Afrique concentre uniquement 3,6% des cas de contagion au Covid-19 et 3,7% des décès liés à cette pandémie. D’ailleurs, les chiffres du continent sont identiques à ceux du Royaume-Uni qui a dépassé la barre des 3 millions de cas pour 80.868 décès.

Toutefois, les données africaines sont loin de refléter la réalité sachant que les tests sont très faiblement réalisés en Afrique à cause notamment de leur coût élevé. En plus, la population africaine étant très majoritairement jeune, beaucoup de personnes ayant contracté le virus sont asymptomatiques et donc des porteurs du virus sans présenter des signes de la maladie (fièvre, toux, diarrhée, etc.).

Du côté des pays les plus touchés par la pandémie, l’Afrique du Sud conserve son rang avec environ 1,21 milion de cas officiellement enregistrés, soit environ 40,20% des cas enregistrés sur le continent devant le Maroc (451.000 cas), la Tunisie (157.514 cas), l’Egypte (148.799 cas), l’Ethiopie (127.792 cas), la Libye (104.002 cas), l’Algérie (101.913 cas) et le Nigeria (99.063 cas).


LIRE AUSSI: Vidéo. Covid-19: les Maliens inquiets après la mort de plusieurs personnalités de premier plan


En Afrique du Sud, les contagions s’accélèrent dans le pays depuis l’apparition d’une nouvelle souche du virus jugées beaucoup plus contagieuse avec plus de 20.000 nouveaux cas enregistrés quotidiennement ces derniers jours en dépit du confinement et du couvre-feu.

Et l'Afrique du Sud n'est pas un cas isolé. Tous les pays du continent sont touchés par cette seconde vague (voici la situation par pays: cas confirmés, guérisons et décès).
Covid-19 Afrique

Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette nouvelle flambée des cas de Covid-19 en Afrique. Le principal facteur est celui de la négligence des barrières sanitaires dans presque tous les pays africains. Le port de masques, le lavage des mains et la distanciation physique ont été négligés dans certains pays dans le sillage des opérations de déconfinement après une forte décrue apparente de la pandémie.


LIRE AUSSI: Diapo. Afrique: ils ont osé fêter le nouvel an avec faste, malgré la pandémie du Covid-19


Ensuite, il y a l’impact des ouvertures de frontières avec l’Europe, continent très affecté par la pandémie du Covid-19. En effet, plusieurs pays africains ont rouvert leur espace aérien avec à la clé l’importation de nouveaux cas.

La Tunisie est l’exemple typique de cette recrudescence des cas causée par la réouverture des frontières. Sentant avoir presque venu à bout de la pandémie, le pays avait ouvert ses frontières pour relancer son économie et particulièrement son tourisme en fin juillet dernier alors que le pays ne comptait qu’une cinquantaine de cas de Covid-19 encore actifs pour un total de moins de 1.300 cas enregistrés. Depuis cette date, les contaminations ont connu une hausse exponentielle et le pays est actuellement le 3ème le plus touché par la pandémie au niveau du continent.


LIRE AUSSI: Seychelles: début de la vaccination contre le Covid-19, une première en Afrique


Par ailleurs, le changement climatique dans de nombreux pays africains où les temps sont devenus pluvieux et frais contribue à la propagation du virus, contrairement au temps sec et chaud qui prévalait durant la première vague, entre mars et octobre.

Enfin, il y a l’impacts des nouvelles souches plus contagieuses qui touchent particulièrement l’Afrique du Sud et ses pays limitrophes qui connaissent tous des hausses exponentielles de contaminations.


LIRE AUSSI: Vaccin Covid-19 en Afrique: l’OMS annonce la livraison prochaine des premières doses du programme Covax


Conséquence, de nombreux pays ont mis en place de nouvelles mesures pour lutter contre la pandémie dont les confinements, les fermetures des écoles et l’institution de couvre-feux pour freiner la propagation de la pandémie.

Toutefois, face aux limites de ces mesures, notamment à cause des comportements des populations face à la recrudescence inquiétante des cas de Covid-19, le seul espoir du continent repose désormais sur les vaccins. Et comme la quasi-totalité des pays du continent tablent sur le programme Covax de l’OMS et de l’Alliance pour les vaccins (Gavi), il faudra attendre entre fin janvier et mi-février pour espérer recevoir les premiers lots de vaccins.

Ce programme devrait permettre à chaque pays africain de bénéficier d’un lot de vaccins pour environ 20% de sa population. 
Le 10/01/2021 Par Moussa Diop