Fermer

Centrafrique: un casque bleu mauritanien tué

Mise à jour le 18/05/2018 à 00h42 Publié le 17/05/2018 à 21h29 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
casques bleus
© Copyright : DR

#Mauritanie : Un casque bleu mauritanien a été tué ce jeudi 17 mai en Centrafrique lors d'une attaque d'un convoi de l'ONU attribuée aux milices "antibalaka". La patrouille mauritanienne compte aussi 8 blessés dont 5 dans un état grave.

"Une patrouille du bataillon mauritanien de maintien de la paix chargée d'escorter un convoi onusien a été attaquée ce matin 17 mai 2018 par les milices antibalaka" au sud de la ville d'Alindao, dans le sud-est de la Centrafrique, a indiqué Nouakchott dans un communiqué.

"Quarante assaillants" ont perdu la vie durant les combats, a ajouté l'armée mauritanienne. Les antibalaka sont des milices autoproclamées d'"autodéfense" peu organisées et implantées localement.

C'est le troisième Casque bleu de la Mission de l'ONU dans le pays (Minusca, 10.000 soldats) tué en Centrafrique depuis le début de l'année.


LIRE AUSSI: Centrafrique: le président réclame davantage de casques bleus


"Cette violence aveugle est inadmissible. Pourquoi s'attaquer à des Casques bleus dont la présence sur le sol centrafricain n'a d'autres objectifs que d'aider le pays à sortir de l'engrenage de la violence et contribuer au retour d'une paix et d'une stabilité durables en République centrafricaine?", s'est insurgé jeudi soir le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en RCA, Parfait Onanga-Anyanga, dans un communiqué.

Selon le texte de l'ONU, les Casques bleus mauritaniens escortaient un convoi logistique entre les villes de Kongbo et Alindao quand ils ont été attaqués jeudi matin.


LIRE AUSSI: Football: le chef des anti-Balaka, tueurs des casques bleus marocains en Centrafrique, élu au comité exécutif de la CAF


Parmi les huit blessés, tous évacués par la Minusca, cinq sont dans un état grave, selon l'ONU.

La mission onusienne, présente dans le pays depuis 2014, tente de rétablir la sécurité dans un pays où l'Etat ne contrôle qu'une maigre partie du territoire national.

L'armée nationale n'est présente que dans quelques villes, tandis que les groupes armés contrôlent une majorité du pays, où ils combattent pour le contrôle des ressources, notamment les diamants, l'or et le bétail.
Le 17/05/2018 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi