Fermer

Mauritanie: l'UFP condamne les massacres de peuls au Mali

Mise à jour le 27/03/2019 à 17h43 Publié le 27/03/2019 à 17h43 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Massacre de peuls
© Copyright : DR

#Mauritanie : Les massacres visant la communauté peule au Mali suscitent l'indignation de la classe politique dans la sous-région, à l'image de cette déclaration de l'Union des forces de progrès (UFP), un parti de l'opposition mauritanienne.

Face au silence complice des dirigeants, les pogroms contre l’ethnie  peule au Mali dont l’acte criminel le plus récent a été perpétré le week-end dernier par des milices identitaires, suscite le rejet de la classe politique et de l’opinion au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

Illustration avec cette déclaration de l’Union des forces de progrès (UFP), un parti de l’opposition en Mauritanie, publié mardi, qui dénonce avec vigueur, le massacre de plus de 135 individus issus de l’ethnie peule dans le centre du Mali (région de Mopti).


LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: les images choquantes de Peuls massacrés (âmes sensibles s'abstenir) 


Le parti condamne «des massacres atroces qui ont coûté la vie à plus de 135 citoyens maliens de l’ethnie peule par une milice de chasseurs dogons proche du gouvernement. Ces événements sont hélas récurrents depuis quelques années en dépit de la réprobation de la communauté internationale et interviennent dans un contexte sous-régional marqué par la montée des tensions et de la haine intercommunautaires dans plusieurs pays».

Ainsi «l’UFP réprouve fermement le massacre de civils sans défense. Et estime que tous ces drames doivent inciter à plus de vigilance en vue de prévenir de tels dérapages».


LIRE AUSSI: Mali. Après le massacre de 130 peuls, des têtes tombent dans l'armée


Le parti «appelles les autorités maliennes à mettre un terme aux massacres de populations civiles sans défense et à protéger tous les citoyens».

Après ce massacre collectif, le gouvernement malien a annoncé le limogeage de plusieurs chefs militaires et la dissolution de la milice dogon présumée en être à l’origine.

Un acte manifestement insuffisant «dans un contexte de permission» évoqué par les associations pour la promotion de la culture peule, qui pointent du doigt «l’attitude active et passive» des autorités de Bamako et réclament «des explications sérieuses à la place des déclarations lénifiantes, des limogeages forcés d’officiers, ou de la dissolution tardive d’une milice». 
         
 
Le 27/03/2019 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya