Fermer

Mauritanie-Sénégal. Gaz: les ministres des finances et du pétrole des deux pays se rencontrent à Nouakchott

Publié le 23/10/2018 à 20h48 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Economie
Gaz kosmos Grand Tortue ahmeyin

#Mauritanie : Les ministres mauritaniens et sénégalais en charge des portefeuilles des Finances et du Pétrole et énergie se sont réunis à Nouakchott pour discuter du développement et de la mise en œuvre des projets communs aux deux pays, notamment dans le domaine du champ gazier commun "Grande Tortue/Ahmeyin".

Suite à un accord de partage  signé le 9 février dernier, Dakar et Nouakchott poursuivent les négociations en vue de la mise en œuvre du projet d’exploitation commune du gisement gazier transfrontalier offshore «Grand Tortue/Ahmeyim (GTA)».

C’est dans ce cadre que le ministre sénégalais des Finances, Amadou Ba, et son homologue du Pétrole et de l’énergie, Mansour Elimane Kane, se sont rencontrés à Nouakchott hier, lundi 22 octobre.

Officiellement, cette visite «s’inscrit dans le cadre des consultations et discussions sur la promotion du projet d’intérêt commun, en particulier le grand gisement de gaz «Grand Tortue/Ahmeyim (GTA)».


LIRE AUSSI: Mauritanie-Sénégal: négociations sur les conditions financières de partage des revenus du gaz


En septembre dernier, les émissaires sénégalais et mauritaniens avaient eu une longue séance de négociations dans un hôtel parisien. 
Ils avaient convenu de se retrouver à Dakar pour un second round dans le courant du mois d’octobre, c'est désormais chose faite.

L'enjeu est en effet de taille: le site gazier GTA est doté de réserves estimées à 15 millions de pieds cubes de gaz, soit 425 milliards de mètres cubes.

Il sera développé par un consortium constitué de la compagnie «Kosmos Energy» à l’origine des découvertes, et British Petrolum (BP).


LIRE AUSSI: Sénégal: 150 milliards de dollars de recettes attendus du gaz et du pétrole


L’exploitation du site permettra à la Mauritanie et au Sénégal de combler leurs besoins domestiques et d’exporter du gaz naturel liquéfié sur les marchés internationaux. La décision finale d’investissement sur ce projet devrait être prise avant la fin de l’année 2018, et le démarrage de l’exploitation est prévu en 2021.

Le 23/10/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya