Fermer

Vidéo. Mauritanie: la Banque mondiale fait le point sur la situation économique

Mise à jour le 24/02/2018 à 16h46 Publié le 24/02/2018 à 16h42 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Economie
Banque mondiale Mauritanie
© Copyright : DR

#Mauritanie : La représentation de la Banque Mondiale a présenté un rapport sur la situation économique en Mauritanie. Un document axé sur les développements récents, la gestion des investissements publics et les filets sociaux.

La représentation de la Banque mondiale à Nouakchott a présenté, mardi, un Rapport sur la situation économique en Mauritanie (RSEM).

Ce document recommande globalement «une consolidation budgétaire qui améliore la gestion des investissements publics et fortifie les filets sociaux».


Il présente les développements économiques récents, la gestion des investissements publics et les filets sociaux. Le rapport, commenté par le représentant résident de la Banque mondiale, Laurent Msellati, et ses collaborateurs, signale que la Mauritanie a enregistré un taux de croissance de 3,5% du Produit intérieur brut en 2017, soit une hausse par rapport aux 2% de l’année 2016.


Cette amélioration de la croissance est tirée par le secteur de la pêche, le commerce et les industries manufacturières. L’inflation a atteint 2,4% en 2017, en hausse par rapport à 2016 (1,5%). Une hausse qui reflète surtout la tendance des prix des denrées alimentaires importées et l’effet de la dépréciation de l’ouguiya.


LIRE AUSSI: Mauritanie: la Banque mondiale prête à soutenir la transformation de l’économie


Le RSEM attribue cette reprise «à l’amélioration de la consommation privée et la reprise graduelle des prix internationaux du fer et du cuivre, ainsi que la tenue de l’activité économique non extractive».

Le rapport note toutefois que «cette reprise est plutôt lente et compromet les gains en terme de réduction de la pauvreté, accrue entre 2008 et 2014, durant la période du boom minier».

En effet, les estimations de la Banque mondiale montrent que la réduction de la pauvreté s’est presque figée en 2017, mais que le nombre absolu de pauvres continue d’augmenter, avec une économie qui a du mal à créer des emplois. Ces résultats aggravent la tension sociale et mettent en évidence la nécessité d’améliorer la croissance, d'investir dans le capital humain et de réformer les filets pour améliorer les conditions de vie des populations les plus pauvres et les plus vulnérables.


LIRE AUSSI: Mauritanie: Ousmane Diagana promu vice-président de la Banque mondiale


Ce document périodique souligne «les tendances économiques récentes» et soumet au débat «les problèmes de développement pertinents».

Il aborde la question de la consolidation budgétaire à travers l’angle des investissements publics et des dépenses sur les filets sociaux, pour donner des opportunités économiques aux pauvres et leur permettre de créer une activité génératrice de revenus.
                  
Le 24/02/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya