Fermer

Mauritanie. Covid-19: le président El Ghazouani annonce un plan de relance de 240 milliards d'ouguiyas

Mise à jour le 06/09/2020 à 19h54 Publié le 06/09/2020 à 09h16 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck

#Economie
Mohamed Cheikh el-Ghazouani

Le président mauritanien Mohamed Cheikh el-Ghazouani.

© Copyright : DR

#Mauritanie : Le président Mohamed Cheikh El Ghazouani a annoncé un plan de relance économique de 240 milliards d'anciennes ouguiyas pour remédier aux effets négatifs de la pandémie du coronavirus. Ce programme sera exécuté en 30 mois et repose sur 5 axes. Les détails.

Lors d'un discours prononcé mercredi, le président mauritanien a expliqué a quel point que la pandémie de Covid-19 avait lourdement affecté l’économie du pays. 

Cette pandémie «a occasionné de graves préjudices à tous les niveaux, national et international, engendré de nouvelles réalités économiques et sociales complexes et porteuses de graves dangers. Elle a eu des conséquences négatives sur notre économie nationale, entraînant un recul de notre Produit intérieur brut (PIB), ainsi qu’une réduction drastique de nos recettes fiscales et un accroissement de nos dépenses, ce qui a aggravé le déficit budgétaire», a affirmé le chef de l’Etat mauritanien.


LIRE AUSSI: Mauritanie: le FMI augmente la capacité d’accès à ses ressources et décaisse 52 millions de dollars à Nouakchott


«En outre, cette pandémie a révélé les faiblesses structurelles de notre système économique. Cette situation met en évidence tout l’intérêt d’un renforcement du rôle de l’Etat dans la régulation de l’économie, l’orientation de l’investissement, le développement du secteur productif et la mise en œuvre d’une action soutenue en faveur de la réalisation du plus grand niveau possible d’autosuffisance alimentaire», a ajouté Mohamed Cheikh El Ghazouani.


LIRE AUSSI: Mauritanie: 70 millions de dollars de la Banque mondiale pour faire face au Covid-19


Pour faire face à «cette dépression pandémique», termes utilisés par le rapport de la Banque mondiale paru en juin dernier, Mohamed Cheikh El Ghazouani a annoncé une enveloppe de 240 milliards d’anciennes ouguiyas (soit environ 712 millions de dollars) à mobiliser sur fonds propres, pour relancer l’économie nationale.

Le nouveau programme «sera exécuté de façon autonome sur une période de 30 mois. Il vise à réaliser les conditions nécessaires pour la relance d’une économie dynamique, contribuant davantage à la politique de création d’emplois et à l’exploitation judicieuse de nos ressources naturelles dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche».

Ce nouveau programme repose sur 5 axes: «renforcement des infrastructures d’appui au développement, renforcement de la capacité des secteurs sociaux et d’appui à la demande, promotion de l’appui aux secteurs productifs, renforcement du secteur privé formel et informel, et, enfin, lutte contre la désertification, la sécheresse et appui à l’emploi».

Ce programme est orienté vers un accroissement de l’investissement public dans les domaines prioritaires susceptibles de permettre un changement structurel pour une économie extravertie et souffrant de nombreux maux.


LIRE AUSSI: Covid-19: la reprise des vols internationaux en Mauritanie repoussée au 9 septembre


Suivant les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), le repli du Produit intérieur brut (PIB) en Mauritanie pourrait frôler les 3% en 2020.

La loi de finances de l’année en cours fixe le budget de l’Etat à 60,33 milliards de la nouvelle ouguiya, soit 1,7 milliard de dollars.

Ce chiffre donne une idée de l’importance du fonds annoncé pour la relance de l’économie, dans la mesure où sa mobilisation se fera «sans préjudice par rapport au déroulement des projets et programmes en cours d’exécution dans différents domaines», selon le chef de l’Etat.

Du coup, de nombreuses questions se posent. Comment mobiliser tant de ressources propres, sans emprunt extérieur dans un contexte de profonde déprime marqué par «une réduction drastique des recettes fiscales et douanières»? Dans quelles réserves l’administration Ghazouani va-t-elle trouver une telle somme?
Le 06/09/2020 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck