Fermer

Mauritanie: Ely Ould Mohamed Vall appelle à défendre les "symboles de la nation"

Mise à jour le 21/02/2017 à 15h20 Publié le 21/02/2017 à 15h18 Par Karim Zeidane

#Politique
Ely ould Mohamed Vall

Ely ould Mohamed Vall, ancien président mauritanien.

© Copyright : DR

#Mauritanie : L’ancien chef d'Etat mauritanien ne rate pas une occasion de tacler le régime de Ould Abdel Aziz qu’il qualifie "d’incohérent dans ses intentions et de nuisible à la quiétude". Il vient d'appeler les parlementaires à rejeter les réformes constitutionnelles voulues par le président.

Chacun sait qu’entre Ely Ould Mohamed Vall, l’ex-président mauritanien de la transition démocratique ayant suivi le putsch contre Maaouiya Ould Sidi Ahmed Taya, et son cousin et actuel président Mohamed Ould Abdel Aziz, rien ne va.

Ely ne rate pas une occasion de tirer à boulets rouges sur Mohamed Ould Abdel Aziz. Dernière sortie en date: un communiqué qu’il vient de signer et d'adresser à cridem.org, un site parmi les plus visités en Mauritanie. L’ex-président mauritanien, surtout connu pour avoir dirigé la Sûreté d'Etat mauritanienne pendant 22 ans lors de la présidence de Ould Taya, n’y mâche pas ses mots pour dénigrer la tentative du régime de son cousin de modifier la constitution mauritanienne.

Réagissant à la convocation des parlementaires mauritaniens par le président Ould Abdel Aziz pour préparer l’adoption des réformes constitutionnelles -une des priorités de Mohamed Ould Abdel Aziz à un peu plus de deux ans de la fin de sa magistrature-, Ely juge «inacceptable de changer de façon brutale et improvisée les plus importants symboles de la Nation». Pour lui, «le régime au pouvoir vit dans une situation d’incertitude et de confusion, suite au rejet cinglant infligé par le peuple mauritanien aux amendements constitutionnels annoncés dans le discours de Néma».


LIRE AUSSI : Mauritanie: Ely Ould Mohamed doute de la sincérité de Ould Abdelaziz pour quitter le pouvoir


En clair, face au rejet de la révision constitutionnelle par l’opposition radicale, une partie de l’opposition dite modérée, la société civile et même par quelques membres de la mouvance présidentielle, «le régime essaie de jeter la poudre aux yeux dans sa fuite en avant, par ces amendements rejetés dans leur forme et dans leur contenu, et qui ne feront qu’empirer la crise politique».

En outre, Ely s'insurge concernant les modifications souhaitées par le régime. Il soutient qu’«il est inacceptable de changer de façon brutale et improvisée les plus importants symboles de la Nation, à l’image de notre drapeau qui a flotté durant des décennies au dessus de la tête des Mauritaniens et creusé, au fil du temps, sa propre place dans leurs esprits symbolisant ainsi leur sacrifice et leur gloire depuis la création de l’Etat». Ely ajoute que «le drapeau n’est pas la bannière d’une période politique déterminée ou d’un régime particulier. C’est une des constantes intouchables sauf en cas de nécessité absolue et avec un consensus total exprimé par référendum, justifié par des arguments rationnels et organisé dans la transparence totale».


LIRE AUSSI : Mauritanie: Ely Mohamed Vall avertit contre l’imminence d’une catastrophe


Or, le problème aujourd’hui réside dans le fait que le référendum auquel avait fait allusion le président Mohamed Ould Abdel Aziz lors de son discours de Néma n’est plus à l’ordre du jour. Désormais, le pouvoir souhaite faire passer les réformes décidées lors des assises du dialogue politique comme une lettre à la poste en les faisant adopter par les deux chambres du Parlement réunies, sachant que celles-ci sont dominées par le parti au pouvoir.

Par ailleurs, Ely explique la suppression annoncée du Sénat par le fait qu’«il est de notoriété que le Senat s’est révolté contre les tentative du régime visant à le domestiquer et à apprivoiser ses membres».

Partant, l’ex-président appelle les parlementaires mauritaniens à «assumer leur responsabilité dans cette conjoncture délicate de l’histoire de notre pays, et à se tenir au côté de la Mauritanie, par le rejet des amendements constitutionnels déjà proscrits par le peuple mauritanien».

L’ancien président finit même par se montrer plus menaçant en rappelant aux élus du peuple que «s’aligner sur un régime incohérent dans ses intentions et nuisible à la quiétude, à la loi et au pluralisme sera une honte aussi bien dans l’histoire du pays que dans celle de l’institution parlementaire. Et toute personne ayant participé à cette manœuvre aura sa part de responsabilité historique concernant les répercussions de cet acte sur l’avenir du pays».


LIRE AUSSI : Mauritanie: Ely, le cousin qui rêve de faire sauter Aziz


Ainsi, entre les cousins tous issus de la tribu des Oulad Bousbaa, tous les coups semblent permis. Ely en veut toujours à Abdel Aziz d’avoir renversé un président civil démocratiquement élu, Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Certains diront qu’il lui en veut surtout de lui avoir coupé la route pour un éventuel retour au pouvoir après la parenthèse Sidi. En tout cas, depuis cette date, les deux cousins se regardent en chiens de faïence, à moins qu'il s'agisse, comme le pense une minorité de Mauritaniens, une toute petite minorité, d'escalades de façade de haute voltige pour distraire le peuple mauritanien qui continue, lui, de souffrir du chômage, de l’inflation qui réduit le pouvoir d’achat des plus pauvres à néant et de l’insécurité qui se propage à cause de la pauvreté.

En se montrant critique vis-à-vis du régime en place, Ely se positionne aussi parmi les opposants radicaux et espère bien évidemment remplacer son cousin en 2019 lors des élections présidentielles auxquelles Ould Abdel Azizi ne devrait pas -légalement- participer du fait de la limitation des mandats à deux. Une future présidentielle à laquelle ne devraient pas participer non plus, deux poids lourds de l'opposition, à savoir Ahmed ould Daddah, président du RFD, premier parti de l’opposition mauritanienne, et Messaoud ould Boulkheir, président de l’APP.
Le 21/02/2017 Par Karim Zeidane

à lire aussi