Fermer

Des marches simultanées contre le référendum les 15 et 18 juillet

Publié le 11/07/2017 à 12h36 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
opposition mauritanienne

Opposition mauritanienne.

© Copyright : DR

#Mauritanie : Officiellement créé vendredi dernier, un nouveau collectif de l'opposition mauritanienne annonce des manifestations simultanées dans toutes les grandes villes contre le projet de révision constitutionnelle. Ces marches auront lieu les 15 et 18 juillet prochain.

La Mauritanie se dirige vers une ambiance politique surchauffée en ce mois de juillet-août 2017, selon plusieurs sources concordantes.
Ainsi, la nouvelle coalition de l’opposition,  officiellement fondée vendredi dernier, va organiser des marches simultanées contre le référendum  à Nouakchott et dans  toutes les villes du pays, tout en menant  une intense action de sensibilisation pour la diaspora et l’opinion internationale, les 15 et 18 juillet prochain.

Ce collectif  entend occuper  le terrain et exploiter toutes les voies de droit en vue de faire échec au projet de révision constitutionnelle du président Mohamed Ould Abdel Aziz. Il  est composé du Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU- 10 partis politiques,  des organisations de la société civile, des  centrales syndicales et personnalités indépendantes), le Rassemblement des forces démocratiques (RFD), l’Alliance pour la justice et la démocratie/Mouvement pour la réconciliation (AJD/MR), l’Union nationale pour une alternance démocratique (UNAD), l’Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), les Forces progressistes pour le changement (FPC, ex-FLAM), SAWAB, Touche pas à ma constitution...


LIRE AUSSI : L’opposition mauritanienne marche pour dire non à un 3e mandat


L’organisation de ces marches simultanées  à Nouakchott et dans toutes les capitales régionales de la Mauritanien les 15 et 18 juillet «rentre dans le cadre de la mise en œuvre d’une série d’actions populaires d’envergure au niveau interne et international, en vue de mobiliser toutes les forces vives de la nation dans l’objectif de faire échec à une conspiration du pouvoir contre la constitution et notre système de démocratie», selon Mohamed Jemil Ould Mansour, leader du Rassemblement national pour la réforme et le développement (RNRD-Tawassoul, mouvance islamiste modérée) et président en exercice du FNDU.

Par ailleurs, le collectif de l’opposition prévoit «une journée ville morte» le 05 août prochain, jour du référendum constitutionnel. Face au danger de manipulation constitutionnelle, le nouveau rassemblement de l’opposition ambitionne de servir de contre-pouvoir.


LIRE AUSSI : L’opposition mauritanienne dénonce «un coup d’état contre la constitution et la République»


Cependant, il faut rappeler le contexte politique mauritanien : une démocratie  au rabais, habituée à des alternances  suivant non pas le verdict des urnes, mais plutôt à travers  des révolutions de palais entre officiers dont les auteurs se recyclent dans la politique pour s’accrocher  aux commandes de l’Etat. Ce qui rend titanesque la tâche du nouveau front.

Celui-ci veut  enterrer le projet référendaire comme «un pharaon» et envoyer à la casse le pouvoir militaire actuel qui l’a initié, pour préserver la constitution et le principe de l’alternance.

Ce projet de révision constitutionnelle porte sur la suppression du sénat, la création de conseils régionaux, la modification des symboles nationaux (drapeau et hymne) et la suppression de certaines institutions à l’image de la Haute cour de justice (HCJ).

Mais le recours à l’article 38 qui sert à justifier ce référendum rendrait la constitution vulnérable à toutes les manipulations.

Le 11/07/2017 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

à lire aussi