Fermer
#Politique

Vidéo. Mauritanie: UPR, l'opposition dénonce l'implication du président et la vampirisation des moyens de l'Etat

Publié le 15/03/2018 à 18h01 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Mauritanie : Les responsables du FNDU ont dénoncé l'implication du président Mohamed Ould Abdel Aziz et des membres du gouvernement dans la campagne de refondation de l'Union pour la République (UPR). Le recours aux moyens de l'Etat par le parti est aussi dénoncé.

Le Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU), un vaste rassemblement de l’opposition mauritanienne composé de partis politiques, organisations de la société civile, centrales syndicales et personnalités indépendantes, a animé une conférence de presse mercredi.

Mohamed Ould Maouloud, président en exercice du collectif, a dénoncé l’engagement du président Mohamed Ould Abdel Aziz, de tous les membres du gouvernement, conseillers à la présidence et conseillers à la primature, dans une campagne de refondation de l’Union pour la république (UPR), principal parti-Etat, comme «une violation flagrante de la constitution, qui interdit au chef de l’Etat, de s'impliquer dans des actes relatifs à la conduite de l’action d’un parti politique». Ce qui est logique, puisque Aziz est censé être le président de tous les Mauritaniens, et non pas d'un seul parti. 


LIRE AUSSI: Mauritanie: le FNDU salue la volonté du président Aziz de respecter la Constitution


Le mouvement de la refondation de l’UPR «est un aveu d’échec» de la part du pouvoir, estime le FNDU.

Cet engagement est également «un coup d’état contre l’UPR, car il a été opéré par-dessus la tête des responsables de cette formation. Si le parti qui en est victime avait eu le courage de le dénoncer, nous nous serions solidarisés. Mais aucune protestation n’a été élevée par cette formation chez laquelle la culture des putschs est historiquement ancrée».

Pour sa part, le Pr Lo Gourmo Abdoul, vice-président de l’Union des forces de progrès (UFP) stigmatise «la vampirisation des moyens de l’Etat et de son personnel au profit d’un parti politique, donc une entité privée. Une pratique en tous points conforme aux bonnes méthodes du Parti républicain, démocratique et social (PRDS, sous le règne de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya)».


LIRE AUSSI: Mauritanie: interdit de 3e mandat, Aziz entend garder la main au-delà de 2019


Cette intense activité se déroule alors que plusieurs échéances électorales se profilent à l’horizon: législatives, régionales et municipales dans le courant de l’année 2018, et une élection présidentielle en 2019.

Ainsi, dans l’esprit du FNDU, cette activité est un message destiné à montrer aux Mauritaniens que la formation issue du mouvement de refondation de l’UPR sera de nouveau le Parti-Etat, et ceux qui aspirent à des postes de responsabilité doivent travailler et mobiliser en sa faveur.
Le 15/03/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya