Fermer

Union africaine. Sommet des chefs d'Etat: une trentaine de dirigeants attendus à Nouakchott

Mise à jour le 17/06/2018 à 19h16 Publié le 17/06/2018 à 18h49 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
union africaine
© Copyright : DR

#Mauritanie : Nouakchott se prépare activement à accueillir le 31e sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA). A Nouakchott, on table sur la présence au plus haut niveau de la majorité des dirigeants africains.

Après avoir accueilli le 27e sommet de la Ligue Arabe en juillet 2016, une première dans l’histoire diplomatique de la Mauritanie, Nouakchott se prépare à abriter le 31e sommet des dirigeants de l’Union africaine (UA), prévu du 25 juin au 02 juillet 2018.

Dans cette perspective, les préparatifs vont bon train. S’exprimant jeudi après-midi, à l’occasion du point de presse hebdomadaire consacré aux commentaires des travaux des résultats de la réunion du gouvernement, le ministre de la Culture, de l’artisanat et des relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, Mohamed Lemine ould Cheikh, a donné des assurances quant à la réussite de la grand-messe panafricaine.


LIRE AUSSI: Mauritanie: l'ambassadeur du Maroc présentera bientôt ses lettres de créance au président Aziz


Le responsable gouvernemental mauritanien a notamment affirmé que «30 dirigeants africains ont déjà confirmé leur présence au prochain sommet de l’Union africaine (UA) prévue à Nouakchott. Les préparatifs se poursuivent dans de bonnes conditions et les travaux se termineront conformément aux délais initialement fixés. Il s’agit d’une rencontre qui aura un important impact dans la marche du continent et au niveau international».

Un petit coup de rétroviseur sur le déroulement matériel et logistique du sommet arabe de  2016, permet de comprendre le discours du porte-parole du gouvernement, quand il évoque les préparatifs.

En effet, organisée en partie sous une immense tente importée de Russie et implantée au Centre international des conférences de Nouakchott (CICN, Palais des Congrès), la rencontre arabe avait étalé au grand jour le manque criant d’infrastructures hôtelières de la capitale mauritanienne.


LIRE AUSSI: Union africaine. Migration: les mesures concrètes proposées par le roi du Maroc


Alors, pour accueillir le sommet panafricain et ses 54 délégations, le challenge devient encore plus immense. Raison pour laquelle les autorités mauritaniennes ont décidé de réaliser un énorme complexe à proximité de l’aéroport international «Oum Tounsy». Le président Mohamed ould Abdel Aziz a visité les lieux ces derniers jours et constaté que les travaux avancent conformément au timing voulu par les autorités.

Interrogé sur l’identité des personnalités au plus haut niveau attendues à Nouakchott à l’occasion du sommet de l’UA, Moussa ould Mohamed Amar, analyste, ancien DG de l’agence gouvernementale de presse, livre ses prévisions: «On a à peu près la certitude de compter parmi nos hôtes le président du Sénégal, et les 4 autres partenaires du G5 Sahel, solidarité de proximité et communauté de destin obligent. Mais aussi le président Paul Kagamé, président en exercice de l’UA. Pour le reste, j’attends de voir».


LIRE AUSSI: Union africaine: le président de la Commission de l'UA reçu en audience par Ould Abdel Aziz


Par ailleurs, l’hebdomadaire panafricain «Jeune Afrique» a révélé ce week-end, l’hypothèse probable de la participation du roi Mohammed VI du Maroc au sommet de Nouakchott, annonçant que «Rabat a transmis aux autorités mauritaniennes l’accord de principe quant à la présence du souverain marocain» aux assises de l’UA dans un contexte «de réchauffement des relations bilatérales depuis plusieurs mois». Pour nombre de Mauritaniens, la présence du roi du Maroc à cette manifestation rendrait un cachet particulier à ce sommet pour Nouakchott et permettrait surtout de renforcer le réchauffement des relations diplomatiques entre les deux voisins. 

A ce titre, la nomination d’Ismaël ould Cheikh Ahmed, ancien Envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU au Yémen, est interprétée comme un signe supplémentaire de la volonté de rapprochement entre Nouakchott et Rabat, estime une source bien introduite.

Enfin, il faut aussi rappeler la présence confirmée du président français, Emmanuel Macron.



 
    
  
 

Le 17/06/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya