Fermer

Mauritanie: sit-in contre les non-dits du retrait des médicaments contrefaits

Mise à jour le 06/04/2018 à 10h28 Publié le 06/04/2018 à 10h26 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
Faux médicaments
© Copyright : DR

#Mauritanie : Après l'annonce par les autorités sanitaires du retrait des lots de médicaments contrefaits des circuits de distribution (grossistes, pharmacies et dépôts), plusieurs dizaines de jeunes ont manifesté devant les locaux du ministères de la Santé pour exiger plus de clarté sur cette décision.

Plusieurs dizaines de jeunes issus du mouvement «Touche pas à ma constitution», parmi lesquels on notait une forte présence d’éléments féminins, ont tenu jeudi un meeting de protestation devant les locaux du ministère de la Santé situés dans le quartier administratif de Nouakchott, pour dénoncer la présence sur le marché national de «produits pharmaceutiques contrefaits et d’autres dont le délai d’usage autorisé est dépassé».


LIRE AUSSI: Mauritanie: retrait d’une série de lots de médicaments


Parmi les manifestants, Abdel Nasser, un des leaders du mouvement. Il exprime des réserves contre cette «circulaire récente du ministère de la Santé, à travers la direction de la pharmacie, ordonnant aux grossistes, pharmacies et dépôts, le retrait de quatre catégories de médicaments, notamment des produits issus de la famille du Paracétamol. Les autorités ne disent pas toute la vérité au sujet des nombreux autres produits trafiqués et d’autres dont l’usage est forclos, mais qui continuent à être vendus publiquement et en toute impunité sur le marché, car ne faisant l’objet d’aucun contrôle du fait de l'absence totale de régulation».


LIRE AUSSI: Faux médicaments: ces «remèdes» qui font mal à l’Afrique


La circulaire du département de la santé, émise il y a quelques jours, ordonnait le retrait de quatre séries de produits pharmaceutiques «à la suite d’analyses effectuées en laboratoire», mais ne donnait pas davantage de précisions sur les motifs de cette décision.

Cependant, un spécialiste ajoutait qu’il s’agit de produits dont le délai d’usage autorisé est dépassé et d’autres qui seraient même contrefaits.

Le mouvement «Touche pas à ma constitution» a été fondé en 2017 dans le but de faire échec à un projet de révision constitutionnel qui a été adopté par voie référendaire le 5 août de la même année.
Le 06/04/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

à lire aussi