Fermer

Sénégal: Macky Sall voudrait consoler Bathily avec la présidence de la Commission de l'UEMOA

Mise à jour le 02/02/2017 à 14h00 Publié le 02/02/2017 à 13h45 Par Mar Bassine

#Economie
Bathily
© Copyright : DR

#Sénégal : Macky Sall réserverait la présidence de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) à Abdoulaye Bathily, le candidat malheureux à l'Union africaine. Certains en veulent pour preuve le retard dans la nomination d'un remplaçant au président démissionnaire depuis septembre dernier.

Kiosque le360afrique. Depuis le mois de septembre dernier, la Commission de l'Union économique et monétaire ouest-africaine est privée de président. Conséquence de cette situation ubuesque, l'organisation qui regroupe les huit pays ayant en commun le franc CFA en Afrique de l'Ouest fonctionne au ralenti, selon le site d'information Seneweb qui cite des diplomates

Le blocage le plus grave est la non-adoption d'un budget de fonctionnement pour l'année 2017. En effet, le conseil des ministres des Finances de l'UEMOA n'a pas été convoqué, alors que c'est lui qui est censé voter le budget annuel. Conséquences immédiates: "ni la Commission, ni le Parlement, et encore moins la Cour de justice et la Cour des comptes ne disposent de fonds pour mener leur politique". 


LIRE AUSSI:
Les raisons de la démission de Hadjibou Soumaré de la présidence de la Commission de l’UEMOA

A la suite de la démission de Hadjibou Soumaré qui a occupé le poste de 2011 à  2016, le président Macky Sall n'a pas désigné un président par intérim. Est-ce pour rester en conformité avec les textes de l'UEMOA qui exige que le président soit nommé par la conférence des chefs d'Etat ou c'est par simple stratégie? A Dakar, certains diplomates penchent plutôt pour la deuxième hypothèse et affirment que Macky Sall réservait le poste à Abdoulaye Bathily, le candidat malheureux à la présidence de la Commission de l'Union africaine.

Car, disent-ils, Macky Sall était en droit d'appliquer la jurisprudence, puisque ce n'est pas la première fois que cette situation se présente. En 1996, Ousmane Seck alors président de la Commission avait démissionné et Abdou Diouf qui était le président de la République du Sénégal n'avait pas attendu que ses pairs se réunissent. Il avait purement et simplement désigné Moussa Touré qui a ainsi occupé le poste de 1996 à 2004, avant d'être remplacé par le Malien Soumaïla Cissé de 2004 à 2011. 


LIRE AUSSI:
UEMOA: Macky Sall, «le Sénégal, deuxième économie de l’UEMOA, ne peut pas rester sans poste»

Sauf que si cette intention se vérifiait, le Niger en voudrait au Sénégal. Mahamadou Issoufou voudrait bien que cette fois le poste sorte du giron du Sénégal qui a occupé ce poste créé en 1994 durant 16 bonnes années, sur 22. Le Niger souhaiterait que la règle non écrite qui veut que la présidence de la Commission revienne au Sénégal et que le gouverneur de la Banque Centrale aille à la Côte d'Ivoire prenne fin. 

Le 02/02/2017 Par Mar Bassine