Fermer

Vidéo. Le Lac Rose, secrets d’une étendue d’eau unique en son genre

Mise à jour le 04/12/2021 à 09h21 Publié le 04/12/2021 à 09h20 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Economie
Lac Rose: un endroit bien singulier au Sénégal
© Copyright : Le360/ Moustapha Cissé

#Sénégal : Parmi les endroits les plus visités au Sénégal, le Lac Retba, aussi appelé Lac Rose pour sa couleur si particulière. Il possède des nuances allant du rose fuchsia au rouge pourpre selon la luminosité.


C'est ici que chaque année, le rallye Paris Dakar venait terminer sa folle course, après avoir traversé tout le Maroc, de Tanger au désert du Sahara, mais également la Mauritanie et le Sénégal. Mais, même si ce fameux évènement n'a plus eu lieu ici depuis plus d'une dizaine d'années, les touristes continuent d'affluer. C'est l'endroit préféré des touristes après l’île de Gorée et il vend bien l’image du Sénégal.

Cependant, le Lac Rose n'est pas seulement un lieu de rendez-vous touristique, il est, pour des centaines de personnes qui y travaillent, une source de revenus grâce au sel qui y est exploité.

Ce lac est, en effet, le deuxième étendu d'eau le plus salé du monde après la mer Morte. 

>>> LIRE AUSSI : Sénégal. Black Lives Matter: la place de l’Europe à Gorée est rebaptisée place de la Liberté

Situé à quelques centaines de mètres de l’océan Atlantique, à 35 km au nord-est du quartier Plateau de Dakar, il est peu profond et entouré de dunes.

L'activité principale du lac est donc l'exploitation du sel, extrait de ses eaux depuis des années. Cela explique pourquoi le lac acquiert cette couleur si particulière lorsque le soleil atteint le zénith. La quantité de sel y est 10 fois supérieure à celle de la mer, ce qui favorise des micro-algues qui lui donne ses couleurs si caractéristiques. Une particularité qui risque toutefois de se perdre. 

>>> LIRE AUSSI : Sénégal. Gorée: «une place de l’Europe» qui souille la mémoire de l'île aux esclaves

Protégé, mais pas assez, le lac est en effet agressé par les constructions qui poussent tout autour. Sa surface se rétrécit d’année en année. De récentes études ont d’ailleurs montré qu’en deux siècles, il a perdu la moitié de sa surface. 


 

Le 04/12/2021 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé