Fermer

Sénégal. Législatives 2017: Bennoo Bokk Yakaar, l’Afp, le Ps et l’Urd très remontés contre Macky Sall

Mise à jour le 13/06/2017 à 10h11 Publié le 13/06/2017 à 09h15 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Les membres de la coalition présidentielle, dénonce la gourmandise des amis du president

Les membres de la coalition présidentielle, dénonce la gourmandise des amis du president

© Copyright : DR/

#Sénégal : Suite à la publication de la liste des candidats de la coalition présidentielle, le PS d’Ousmane Tanor Dieng, l’URD de Djibo Ka, et l’AFP de Moustapha Niasse sont très remontés contre Macky Sall. Ils contestent la défaveur dont leurs partis ont fait objet dans la répartition des sièges de Bennoo.

Au regard de la répartition des sièges pour les candidats à la députation, la réaction des dirigeants et militants de l’Alliance de forces du progrès (AFP) ne s’est pas fait attendre.

Et ils paraissent très remontés contre la razzia de l’APR. «Après examen de ces listes, le comité électoral national de l’AFP relève et déplore la rupture de la chaîne de concertation, au moment de la phase finale. Nous regrettons avec la plus grande fermeté le procédé utilisé lors du dépôt des listes avec une omerta organisée pour hypothéquer les intérêts d’un allié constant et crédible, qui dès le 10 mars 2014 a décidé souverainement de soutenir le Président Macky Sall si les données restaient en l’état», ont regretté les partisans de Moustapha Niasse.


LIRE AUSSI : Pour les législatives, Macky Sall menace son camp: «Nous ne tolérerons aucune liste parallèle»


A l’occasion de leur conférence de presse organisée le samedi 10 juin, les membres du comité électoral national de l’AFP ne se sont pas reconnus dans les choix faits par Macky Sall pour les investitures. Selon eux, ces choix ne répondent pas «aux principes d’équité et de transparence». Par conséquent, ils déclarent «condamner avec la dernière énergie la décision injuste qui a entouré cette procédure qui s’est effectuée sans concertation au moment du dépôt des listes».

Par ailleurs, le comité électoral de l’Afp déclare que «le Président Moustapha Niasse ne saurait se satisfaire d’un traitement dont il ne bénéficierait, si celui-ci n’est pas applicable à son parti». Il a également tenu à préciser à l’endroit des partis alliés au sein de Bennoo Bokk Yakaar et à l’Apr du président Macky Sall que «rien ni personne ne peut faire perdre à l’AFP son identité».

Même son de cloche chez les partisans d’Ousmane Tanor Dieng dont la majeure partie est oubliée sur les listes nationales et départementales pour les élections législatives du 30 juillet. A titre d’exemple, on peut citer la ville de Saint-Louis où l’APR de Macky Sall a mis la main sur 4 des 5 sièges disponibles. Et cette situation est perçue comme une injustice par les militants du Parti socialiste qui menacent de claquer la porte de la coalition Bennoo Bokk Yakaar.


LIRE AUSSI : Sénégal-Législatives 2017: Khalifa Sall quitte la coalition “Mankoo Taxawu Senegaal”


Selon Latyr Fall, secrétaire communal du PS à Saint-Louis, leur parti a été victime «d’un coup tordu» de ses alliés de l’APR. «Il était convenu en réunion de consultation des plénipotentiaires des partis au niveau local que le second poste revienne automatique au Ps après la désignation de Mansour Faye comme premier sur la liste nationale à Saint-Louis», a-t-il précisé.

Du côté de l’URD de Djibo Ka, c’est la consternation totale. «Macky Sall est responsable de la non-investiture de l’URD dans les listes BBY. Une grande première depuis plus d’une décennie», a dénoncé Oumar Seck, le porte-parole de l’URD. Il a même assimilé ce manque de considération à une méprise. «Macky Sall nous a insultés», a-t-il conclu.

Le 13/06/2017 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé