Fermer

Sénégal-Israël: 47 ans après Senghor, un ministre des Affaires étrangères en visite à Jérusalem

Mise à jour le 29/03/2018 à 17h31 Publié le 29/03/2018 à 17h06 Par Moussa Diop

#Politique
Macky Sall et Benjamin Netanyahu font la paix des brave

Macky Sall et Benjamin Netanyahu font la paix des brave

© Copyright : DR/

#Sénégal : Sidiki Kaba, ministre sénégalais des Affaires étrangères, est en visite officielle en Israël. Une première de ce rang depuis 47 ans, et la visite historique à Tel-Aviv de l’ancien président Senghor. Toutefois, la visite à Al-Aqsa a occasionné un incident diplomatique avec les Palestiniens.

Après la rupture diplomatique, puis la rencontre de haut niveau entre le président Macky Sall du Sénégal et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en marge du 51e sommet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) à Monrovia, au Libéria, en juin 2017, le Sénégal et Israël semblent désormais décidés à tourner la page et à renforcer leurs relations diplomatiques.

Pour preuve, le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Sidiki Kaba, effectue une visite historique de 3 jours, du 27 au 29 mars courant, en Israël. Selon l’Agence de presse sénégalaise (APS), il s’agit d’une visite historique en ce sens que c'est la première de haut rang depuis celle de l’ancien président sénégalais Léopold Sédar Senghor en Israël en 1971.


LIRE AUSSI: Sommet Afrique-Israël: un énième appel du pied de l'Etat hébreu à l'Afrique


Le ministre des Affaires étrangères sénégalais et sa délégation ont été reçus par le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, étant souffrant.

Sidiki Kaba s’est rendu au centre Yad Vashem, à l’institut national pour la mémoire de la Shoah, à la Mosquée d’Al Aqsa et au Mur des Lamentations.

Par ailleurs, le ministre sénégalais et sa délégation ont mis à profit cette visite pour rencontrer les dirigeants d’entreprises israéliennes actives au Sénégal, notamment dans le domaine de l’agriculture.


LIRE AUSSI: Israël: l’ambassadeur du Sénégal, ça c'est fait!


Rappelons que les deux pays s’étaient brouillés en 2016 lorsque le Sénégal a déposé la résolution 2332 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les colonies de peuplement israélien en territoires palestiniens.

Cette résolution a été votée même par les Etats-Unis, provoquant l’ire des Israéliens. Pour protester contre cette décision, Israël avait rappelé son ambassadeur à Dakar, créant ainsi une crise diplomatique entre les deux pays. 

Après la rencontre au sommet de Monrovia, les deux pays avaient décidé de reprendre leur coopération, avec à la clé le retour de l’ambassadeur israélien au Sénégal et surtout la nomination d’un ambassadeur non résident du Sénégal en Israël en août 2017.


LIRE AUSSI: Israël: le grand retour en Afrique


A noter que cette visite a créé un incident diplomatique entre le Sénégal et la Palestine. En effet, lors de la visite de la Mosquée d’Al-Aqsa, le ministre sénégalais était accompagné de la police israélienne.

Le ministre palestinien de l’Information, l’autorité en charge des biens religieux d'Al Qods (Awqaf) et le Conseil supérieur islamique ont fortement critiqué cette visite de la Mosquée qui s’est faite sans coordination avec la partie palestinienne. Ainsi, pour le ministre palestinien de l’Information, «cette visite est à la fois une violation du consensus de l’OCI et un événement dangereux par lequel les relations sénégalo-palestiniennes ont été compromises».

Pour le Directeur de la Mosquée, «toute personne qui entre dans le site religieux accompagnée de la police israélienne est considérée comme un intrus illicite. Et c’est exactement ce que le ministre des Affaires étrangères sénégalais a fait aujourd’hui».

Partant, les autorités palestiniennes ont exigé des excuses de la part de l’Etat du Sénégal.

Le 29/03/2018 Par Moussa Diop

à lire aussi