Fermer

Sénégal. Paix en Casamance: l’ambassadeur des Etats-Unis dévoile sa stratégie 3D

Mise à jour le 21/07/2018 à 12h12 Publié le 21/07/2018 à 12h09 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Casamance

Casamance

© Copyright : dr

#Sénégal : Les Etats-Unis vont accompagner le Sénégal dans la pacification de la région sud en proie à une tenace rébellion en Casamance. A ce titre, l'ambassadeur américain a dévoilé la stratégie 3D à suivre pour retrouver la paix dans cette région.

L’Etat du Sénégal ne parviendra à instaurer la paix, tant souhaitée, en Casamance, que s’il implique les gouvernements des pays voisins, réduise les inégalités sociales et renforce les forces de dissuasion dans le sud du Pays. C’est du moins ce que semble dire Tulinabo Mishungi, ambassadeur des Etat-Unis au Sénégal, dans une interview accordée au journal PressAfrik.

Le diplomate soutient que son pays à une stratégie contraire à celle de la France qui avait demandé à ses ressortissants d’éviter de se rendre en Casamance. Cette stratégie américaine que Mishungi appelle «l’Approche 3D», est basée sur la Diplomatie, le Développement et la Défense.

L’abandon n’est pas la solution

Contrairement au ministère français des Affaires étrangères qui avait défendu à ses ressortissants d’aller en Casamance, au lendemain de l’attaque de Bofa Bayotte, l’ambassadeur des Etat-Unis au Sénégal, Tulinabo Mishungi, s’y est rendu. «Quand nous avons une telle information (attaque de Bofa Bayotte), nous la partageons avec les officiels et les citoyen américains qui résident au Sénégal», a dit l’ambassadeur.


LIRE AUSSI: Sénégal. Casamance: deux militaires tués par les rebelles


Toutefois, le gouvernement américain va d’avantage appuyer les efforts de développement entamés en Casamance. «J'ai visité le sud en décembre dernier à Kolda. Et je suis très content de notre accompagnement. Je suis également très content de ce que le gouvernement fait pour instaurer la paix dans la région. Et nous allons continuer à accompagner le gouvernement du Sénégal dans ce sens», a-t-il précisé.

Il est par ailleurs revenu sur l'«Approche 3D» dont il avait parlé précédemment. «L'approche que nous avons dans cette région-là, c'est l'approche 3D. D'abord, il y a la Diplomatie. Nous allons travailler avec le gouvernement du Sénégal et d'autres partenaires diplomates pour continuer à assurer la coopération. Nous avons le Développement axé sur la coopération sur le plan forestier et tout ce qui est développement», a-t-il expliqué. Des projets qui nécessitent la paix et la sécurité.

Rappelons que, dans le cadre du Millénium Challenge Account (MCA) signé avec le gouvernement américain en 2009, le Sénégal a bénéficié d’un financement de 540 millions de dollars, étalé sur plusieurs années. Le premier compact concernait la période 2010-2015.


LIRE AUSSI: Casamance : l’armée perd un soldat au cours d’un affrontement avec des rebelles du MFDC.


Parmi les projets prévus dans ce financement, figurent: la réhabilitation des axes routiers stratégiques pour désenclaver les zones socio-économiques stratégique comme la Casamance et le développement d’un réseau de routes transversales praticables toute l’année. Sur 256 kilomètres, la Route Nationale N°6, entre Ziguinchor, Kolda et Vélingara, a pu être rénovée dans le cadre du MCA ainsi que le pont de Kolda. La deuxième phase vient d’être confirmée et concerne l’électrification de la partie intérieure du Sénégal.

Il est évident que de tels projets ne peuvent se réaliser que dans la paix et la sécurité, d’où la visite des installations militaires du sud par Tulinabo Mishungi. «J'ai visité le centre de commandement militaire (en Casamance) pour discuter et voir comment ils gèrent le problème de la sécurité. Donc l'approche 3D, Diplomatie, Développement, Défense, nous aide à accompagner le peuple sénégalais pour continuer à consolider la paix dans cette région» a-t-il indiqué.


LIRE AUSSI: Sénégal. 13 jeunes massacrés dans la forêt de Casamance


Concernant l’assistance aux populations impactées par la rébellion au Sud du pays, le diplomate précise qu’il est allé, avec la Croix-Rouge, «visiter leur village de recasement» et qu’ils sont entrain de réfléchir sur la manière les assister dans leur retour. «Une centaine de familles était partie. Mais avec notre programme, une quarantaine de familles est déjà retournée», a-t-il précisé.
Le 21/07/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

à lire aussi