Fermer

Sénégal: collision en vue entre l’Etat et le concessionnaire autoroutier Eiffage

Publié le 01/08/2018 à 12h00 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Autoroute
© Copyright : DR

#Sénégal : L’Etat du Sénégal veut revoir les termes du contrat le liant à Sénac S.A et faire baisser les tarifs sur l’autoroute à péage. Un scénario qui n’arrange pas les affaires du DG d’Eiffage Sénégal, Gérard Sénac, qui risque de voir un contrat en or lui filer entre les doigts.


C’est ce 31 juillet qu’Abdoulaye Daouda Diallo avait fixé comme date butoir pour la baisse des tarifs sur l’autoroute à péage. Cette promesse faite par le ministre des Infrastructures et des transports terrestres était consécutive à la décision prise par le chef de l’Etat de renégocier les tarifs du péage. En effet, à l’occasion de la réunion du Conseil des ministres du 11 juin 2017, le président Macky Sall avait demandé au gouvernement de reconsidérer les tarifs élevés pratiqués l’autoroute Dakar-Diamniadio-AIBD.

A moins que l’Etat ne torde la main à Gérard Sénac, DG d’Eiffage Sénégal, la société gestionnaire de l’autoroute à  péage, cette baisse de tarifs ne risque pas d’arriver de si tôt. «On va  tout droit vers une baisse unilatérale des prix du péage», révèle Wal Fadjri. Selon ce journal,  l’Agence nationale de promotion des investissements et des grands travaux (APIX) n’a toujours pas réagi à la proposition de baisse faite, depuis le 15 mai dernier, par Eiffage Sénégal.

>>>LIRE AUSSI: Sénégal: les tarifs sur l’autoroute à péage baisseront d’ici fin juillet

Afin de mettre en application les instructions du chef de l’Etat, l’APIX avait, dans un premier temps, mis en place une commission chargée de réfléchir sur la baisse des tarifs de péage sur l’autoroute. Mais, aux dernières nouvelles, l’Agence souhaite aller plus loin. Elle veut maintenant renégocier tous les termes du contrat qui lie l’Etat du Sénégal au groupe français Eiffage.  Pour réussir ce pari, l’APIX s’est payé les services de Barthélémy Faye, un avocat associé au cabinet Cleary Gottlieb Steen & Hamilton.

Cependant, la société française Sénac n’entend pas, soutient un des cadres, renégocier ce contrat en or. «Nous sommes liés à l’Etat du Sénégal par un contrat international. S’il s’agit de renégocier le contrat, la baisse des tarifs incluse, cela va prendre encore des années. Et nous ne pouvons pas être utilisés comme bouc émissaire contre les populations et ce collectif qui exige la baisse des tarifs de l’autoroute», a-t-il lancé sous le couvert de l’anonymat. Selon lui, l’Etat devra encore attendre pour remporter son pari, car renégocier un contrat international prend beaucoup de temps.
Le 01/08/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé