Fermer

Sénégal: après la mairie de Dakar, Khalifa Sall sur le point de perdre son mandat de député

Mise à jour le 05/09/2018 à 12h33 Publié le 05/09/2018 à 12h29 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Khalifa Sall, maire de Dakar

Khalifa Sall, maire de Dakar

© Copyright : dr

#Sénégal : Khalifa Sall pourrait perdre son mandat de député. Des manœuvres seraient entamées par la majorité pour éjecter le maire de Dakar de l’hémicycle, après la mairie de Dakar.

Quelques jours après sa révocation de son poste de maire de Dakar par un décret de Macky Sall, Khalifa Sall court le risque de perdre son mandat à l’Assemblée nationale. Les députés de la majorité seraient en train de monter un dossier pour le faire sortir de l’hémicycle.

C’est le membre de «Bess Dou Niakk», Hélène Tine, qui en a fait la révélation. Une révélation qui ne va certainement pas rassurer les partisans de Khalifa Sall. Faisant allusion à «l’acharnement» dont est victime le maire de Dakar, le membre de «Bess Dou Niakk» soutient que l’exécutif va se servir de sa majorité à l’Assemblée nationale pour davantage resserrer l’étau contre ce dernier.

«La prochaine étape, révèle-t-il, sera certainement l’instrumentalisation de l’Assemblée nationale pour lui retirer le mandat de député».


LIRE AUSSI: Sénégal: condamné en appel, Khalifa Sall privé de la présidentielle de 2019


Selon lui, le parti de Macky Sall évoque le règlement intérieur de l’Assemblée nationale pour défendre la thèse selon laquelle, «un député condamné à une certaine peine, doit être déchu de son mandat».

Il y a toutefois, une explication à cette «tentative de liquidation politique» de Khalifa Sall pour qu’il se présente pas à la présidentielle de février 2019, soutient-il: éviter la répétition de la débâcle des élections locales de 2014 à la présidentielle de 2019

Un retour sur les résultats des élections locales de 2014 permet de comprendre la peur bleue que suscite le maire de Dakar à l’endroit des partisans de Macky Sall.

En effet, à la tête de la Coalition Taxawu Dakar, lors des locales du 29 juin 2014, Khalifa Sall avait opéré une véritable razzia électorale au niveau de la presque totalité des communes d’arrondissements de la ville de Dakar.


LIRE AUSSI: Sénégal. Législatives: même en prison, Khalifa Sall trouble le sommeil de Macky Sall


A la commune de Médina, Bamba Fall, actuel maire, avait obtenu, avec ses alliés, 9.844 voix, soit 50 conseillers. Quant à leurs adversaires dirigés par Seydou Guèye, actuel porte-parole du gouvernement, ils n’avaient décroché que 8 conseillers.

C’était aussi le cas à Hann Bel-Air où Taxawu Dakar s’était adjugé 43 sièges avec les 4.151 votes en sa faveur, tandis que And Défar Hann Bel-Air, proche de Macky Sall, n’avait obtenu que 10 conseillers avec ses 3.824 voix. A Dieupeul Derklé, la déferlante verte dirigée par Khalifa Sall avait, avec ses 3.263 votes dont elle avait bénéficiés a fait main basse sur 36 postes de conseillers. Grâce à ce score, les partisans du maire de Dakar avaient ainsi englouti les espoirs de Benno Bokko Yakaar qui, avec 1.132 voix, n’avait pu avoir que 3 conseillers dans cette commune.


LIRE AUSSI: Sénégal: derrière l'envoi de Khalifa Sall en correctionnelle, la main de Macky Sall?


Les proches de Khalifa Sall avaient aussi dicté leur loi aux communes d’arrondissement des Parcelles Assainies, Grand Dakar, HLM, Mermoz Sacré Cœur, Dakar Plateau, Sicap Liberté et Grand-Yoff, base naturelle du Maire de Dakar. Et la liste est loin d’être exhaustive.

A cause de cette cinglante défaite que Khalifa Sall avait infligée à «Macky Sall et ses alliés de Benno Bokko Yakaar dans la capitale sénégalaise, il fallait donc, par tous les moyens politiques et judiciaires, arrêter le maire de Dakar pour l'empêcher de faire revivre le même cauchemar», a confié un de ses lieutenants.
Le 05/09/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé