Fermer

Sénégal. Faux papiers: la police française fait tomber la «Dakar connection»

Mise à jour le 30/03/2017 à 20h02 Publié le 30/03/2017 à 18h50 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Le réseau a pu être démantelé après une enquête de la police qui a duré 13 mois

Le réseau a pu être démantelé après une enquête de la police qui a duré 13 mois

© Copyright : DR/

#Sénégal : Une traque de 13 mois, mobilisant une cinquantaine de policiers, a permis d’épingler la «Dakar connection», un vaste réseau de trafic de faux papiers et d’immigration clandestine entre Dakar et Paris qui soutirait entre 10.000 et 12.000 euros aux candidats à l'émigration.

 «Dakar connection» tombe grâce aux limiers de l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi étranger sans titre (OCRIEST), en collaboration avec le Groupe d’intervention régional (GIR). Il aura fallu 13 mois d’enquêtes, mobilisant une cinquantaine de policiers spécialisés français pour donner un coup d’arrêt à ce réseau d’arnaqueurs à plusieurs ramifications en Europe.
 


LIRE AUSSI: Ghana: une fausse ambassade des Etats-Unis a délivré de vrais visas pendant 10 ans



Pour chaque candidat potentiel à l’immigration africaine vers la France en particulier et l’Europe en général, la «Dakar connection» s’enrichissait illégalement de 10.000 ou de 12.000 euros. Ce vaste réseau de trafic de faux papiers et d’immigration clandestine, dirigé par un Sénégalais très influant au niveau international, usant de plusieurs stratagèmes, était composé de rabatteurs, de faussaires et d’animateurs qui étaient déjà connus des services de police français.

Ce Sénégalais confondu par la police française aurait permis à plusieurs de ses compatriotes et à des Africains de séjourner illégalement sur le territoire français et aussi en Europe. Au total, 15 personnes ont été mises aux arrêts par le GIR français de Seine-Saint-Denis, ce lundi 27 mars 2017, dans le cadre d’une investigation menée par l’OCRIEST pendant 13 mois.
 

Le 30/03/2017 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé