Fermer

Sénégal-Etats-Unis: vers la fin des poursuites visant Cheikh Tidiane Gadio

Mise à jour le 31/01/2018 à 17h57 Publié le 31/01/2018 à 17h55 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
Cheikh Tidiane Gadio

Cheikh Tidiane Gadio

© Copyright : dr

#Sénégal : Mis en cause pour "présomption de corruption" par la justice américaine, le député Cheikh Tidiane Gadio, ancien chef de la diplomatie sénégalaise, devrait bientôt être mis hors de cause et bénéficier d’une extinction des poursuites.

En effet, le quotidien Libération s’est procuré le dossier d’accusation du procureur contre l’homme d’affaires chinois Patrick Ho et l’ex-ministre sénégalais Cheikh Tidiane Gadio, poursuivis dans une affaire de corruption. Ledit journal signale que le nom de l’ancien ministre a disparu du nouveau dossier d’accusation versé devant la cour par le ministère public. Cheikh Tidiane Gadio, faut-il le rappeler, est et leader du mouvement panafricain et citoyen "Luy Jot Jotna" (en français, "c’est l’heure d’agir"), et président de l’Institut panafricain de stratégie, un think-tank très influent à l’échelle du continent.

Sur la base de ce constat, Libération formule l’hypothèse que si Gadio est désormais exclu de l’accusation, c’est qu'un arrangement a eu lieu le 8 janvier entre le procureur et son avocat. En vertu d'une pratique très courante dans la justice américaine, un accusé peut, contre son témoignage, bénéficier d’un abandon de poursuites. En effet, le procureur avait affirmé avoir engagé des discussions avec Cheikh Tidiane Gadio pour trouver une solution, sans plus de détails.


LIRE AUSSI: Sénégal-USA: Gadio, l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise, blanchi par CEFC Energy


L’ancien chef de la diplomatie sénégalaise avait pour sa part déposé une requête pour demander l’extinction des poursuites qui le visent. Le tribunal devait d’ailleurs donner sa réponse avant-hier.

Pour le journal, le retrait du nom de Cheikh Tidiane Gadio n’est pas une surprise. En effet, l'attitude du ministère public laisse penser que sa véritable cible est Patrice Ho. Ce dernier désigne la personne que les Etats-Unis présentent comme «la présumée machine de corruption» de la China National Petroleum Company (CNPC).

Gadio et son coaccusé ont été placés en détention provisoire le 16 novembre dernier. Gadio a bénéficié d’une libération provisoire sous caution et a été placé en résidence surveillée dans le Maryland le 28 novembre dernier. Ses conditions d’assignation à résidence ont été progressivement allégées au cours des dernières semaines. Il a également pu bénéficier d’au moins quatre déplacements, tandis que les choses se compliquent pour Patrick Ho.


LIRE AUSSI: USA. Corruption. Cheikh Tidiane Gadio toujours pas fixé sur son sort


En réalité, un virement au nom d’un cabinet de lobbying, appartenant ou géré par l’ancien ministre sénégalais, n’a jamais transité par une banque américaine, contrairement à la version servie au moment du déclenchement des poursuites. En paiement d’une prestation-service légale, et non d’une commission, le cabinet Sarata a perçu 400 000 dollars de HSBC Hong Kong, virés à Mashreq Bank de Dubai, suivant un procédé minutieusement retracé par le mensuel Financia Afrik. En réalité, c'est le FBI, qui a accès à tous les mouvements de capitaux dans le monde, surtout quand il s’agit de transactions effectuées en dollars, qui est à l'origine de cette information.

Ces derniers revirements semblent conforter une opinion largement répandue au Sénégal, et dans le cercle des intellectuels panafricains, selon laquelle l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise a été la victime collatérale d’une guerre féroce entre les Etats-Unis et la Chine, dont la toile de fond est le contrôle du pétrole tchadien.


LIRE AUSSI: Grave révélation de Cheikh Tidiane Gadio sur l'assassinat de Kadhafi


Rex Tellerson, actuel secrétaire d’Etat américain, a fait toute sa carrière chez Exxon Mobil, passant ainsi du pétrole à la diplomatie. Peut-être a-t-il gardé de cette époque des méthodes pas toujours loyales utilisées pour porter des coups à l’adversaire. Et la montée en puissance du géant chinois au cours des dernières années est un casse-tête pour les compagnies pétrolières américaines.
Le 31/01/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya