Fermer

Sénégal. Dakar sans eau: le ministre de l’Hydraulique peine à rassurer

Mise à jour le 13/06/2018 à 16h26 Publié le 13/06/2018 à 16h24 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Mansour Faye

Mansour Faye, ministre de l'Hydraulique.

© Copyright : DR

#Sénégal : Les habitants de certains quartiers de Dakar risquent de passer la fête de la Korité (Aïd el-Fitr) sans eau. Le ministre de l’Hydraulique demande aux populations de prendre leur mal en patience jusqu’à la mi-juillet.

Des milliers de Dakarois ont crié leur ras-le-bol contre la pénurie d’eau qui dure depuis plus de deux mois dans certains quartiers de Dakar. Les populations de Grand Yoff, des Parcelles Assainies, de Ben Tally et Niary Tally sont sorties dans les rues de Dakar après les propos de Mansour Faye, ministre de l’Hydraulique qui annonce la fin des problèmes d’eau pour la mi-juillet.

Pendant plus d’une heure, les populations de certains quartiers ont barré des artères de Dakar et ont déversé leur colère sur les autorités qui semblent insensibles à leur calvaire.

Le ras-le-bol des populations

«Cela fait plus de 4 mois que nous passons des nuits blanches pour avoir quelques litres d’eau. Nous sommes obligés de veiller jusqu’à 3 heures du matin pour remplir nos bassines. Malgré ça, on continue de recevoir des factures très chères», a crié une dame.


LIRE AUSSI: Vidéo. Pénurie d’eau à Dakar: la SDE avoue son incapacité à ravitailler tout le monde en même temps


Sa voisine prend le relais des contestations avant même qu’elle ne termine. «Pour avoir de l’eau après la rupture du jeûne, en ce mois de ramadan, on est contraint d’acheter de l’eau minérale, car les rares camions-citernes qui viennent apportent de l’eau impropre à la consommation. Cette eau n’est bonne que pour faire le ménage. Cette situation est invivable», dénonce-t-elle.

Les populations vont encore patienter un mois

Mais en en croire Mansour Faye, le ministre de l’Hydraulique, les populations desdits quartiers ne sont pas au bout de leur peine.

Interpellé sur la question ce dimanche, Mansour Faye a indiqué que les populations devront encore attendre un mois pour voir la fin de leur calvaire. «Nous avions prévu de réaliser des forages à partir de Tasset, Bayakh et de Thiédam pour couvrir un besoin de 60.000 mètres cubes d’eau dépassant ainsi le déficit. Ces travaux sont en cours et les forages sont terminés. Mais, comme on ne pouvait pas faire de commande de machine sans que le forage soit terminé, c’est la raison pour laquelle des retards de quelques jours voire de quelques semaines ont été notés», a-t-il expliqué.


LIRE AUSSI: Une station de pompage pour endiguer la pénurie d'eau à Bamako


«D’ici mi-juillet , tous les forages seront en service et produiront environ 45.000 mètres cubes d’eau dans une première phase et 60.000 dans la deuxième phase. Ce qui veut dire que le déficit que nous sommes en train de vivre  va durer un petit peu en attendant que les réalisations qui sont en cours soient terminées», a promis le ministre de l’Hydraulique.

Les associations de consommateurs pointent du doigt l’Etat

Toutefois, des associations de défense des consommateurs se sont levées pour demander à l’Etat de prendre ses responsabilités pour régler ce problème d’eau dans les meilleurs délais. «Nous commençons à être très préoccupés parce que (...) être confronté à des problèmes si récurrents que la fourniture de l'eau, [le fait] que les populations soient obligées de se lever la nuit vers 2 heures ou 3 heures du matin pour avoir 30 minutes d'eau, c'est catastrophique», a déclaré maître Masokhna Kane, président de SOS Consommateurs. Selon lui, «si la Sénégalaise des eaux (société en charge de la gestion de l’eau au Sénégal) n'est plus en mesure de régler le problème de l'eau, il faut que l’État s'en ouvre à d'autres qui ont la compétence requise».
Le 13/06/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé