Fermer
#Sports

Mondial 2018: le Sénégal entame sa préparation à Casablanca contre l’Ouzbékistan

Mise à jour le 11/03/2018 à 12h12 Publié le 11/03/2018 à 11h52 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Sénégal : Qualifiés au Mondial 2018 organisé par la Russie, les Lions de la Téranga vont entamer leur préparation au Maroc où ils affronteront l’Ouzbékistan. L’entraîneur Aliou Cissé explique le choix de Casablanca pour ce premier match de préparation à quelques mois de la compétition.

Le Sénégal entame sa préparation à Casablanca contre l’Ouzbékistan. Le Sénégal qui se retrouve dans le même groupe que le Japon, la Pologne et la Colombie est l’un des favoris africains pour le second tour.

Cette rencontre sera l’occasion de jauger l’effectif et ses stars dont Sadio Mané (Liverpool), Keita Baldé (AS Monaco), et surtout d’avoir une idée sur le poste de gardien qui semble susciter quelques craintes dans la mesure où les titulaires manquent de temps de jeu avec leurs clubs. En effet, les trois gardiens convoqués par Aliou Cissé pour seconder Khadim Ndiaye dans les buts sénégalais ne sont pas titulaires dans leurs clubs. Cette situation préoccupe Tony Silva, le préparateur des portiers de la tanière.


LIRE AUSSI: Mondial 2018: pas de missions impossibles pour les équipes africaines


Les trois gardiens de but des  Lions de la Téranga convoqués dans le cadre des rencontres amicales contre l’Ouzbékistan et la Bosnie jouent rarement dans leurs clubs. A l’exception de Khadim Ndiaye, le gardien titulaire durant les éliminatoires du Mondial qui est régulièrement aligné à Horoya en 1re division guinéenne,  aucun des autres ne présente un temps de jeu suffisant. Abdoulaye Diallo de l’AS Monaco, Alfred Gomis, et Pape Seydou Ndiaye, respectivement sociétaires de Spal en Italie et du Jaraaf de Dakar, sont souvent des remplaçants dans leurs clubs.

«C’est inquiétant de voir certains de nos gardiens convoqués jouer peu dans leurs clubs. Le poste de gardien de but est sensible et il faudrait plus de compétitions pour s’adapter à toutes les situations», a confié Tony Sylva.


LIRE AUSSI: Mondial 2018: le meilleur et le pire des tirages pour les 5 équipes africaines


«Certes c’est difficile de vivre ces situations en tant que leur coach, mais ensemble avec un travail dur, on peut vraiment combler ce vide. Je crois en ces jeunes, puisque l’amour de mouiller le maillot y est», a-t-il rassuré. L’ancien portier international sénégalais intervenait en marge de la conférence de presse tenue par Aliou Cissé, ancien capitaine de l’équipe nationale et actuel sélectionneur du Sénégal.

Il y a donc de quoi être rassuré côté sénégalais. Rappelons que lors de l’épopée de l’équipe nationale du Sénégal à la Coupe du Monde 2002 en Corée et au Japon, Tony Sylva était aussi remplaçant à l’AS Monaco, mais ça ne l’avait pas empêché d’être désigné meilleur gardien de but en Afrique.
Le 11/03/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé