Fermer

Allemagne: ce tunisien est accusé de fabriquer des armes biologiques

Mise à jour le 14/06/2018 à 12h42 Publié le 14/06/2018 à 12h35 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
arme biologique, un tunisien accusé formellement de fabriquer des armes biologiques

Des policiers allemands équipés de combinaisons spéciales à proximité du lieu de l'arrestation du Tunisien soupçonné de préparer de la ricine, le 12 juin 2018 à Cologne

© Copyright : | dpa/AFP | David Young

#Tunisie : Un Tunisien de 29 ans a été formellement accusé d'avoir voulu fabriquer des "armes biologiques", mais la justice allemande a indiqué jeudi ne pas posséder suffisamment d'éléments permettant de dire s'il allait ou non passer à l'action.


Arrêté mercredi dans son appartement de Cologne par les forces spéciales, cet homme de nationalité tunisienne a été incarcéré, a affirmé le parquet général fédéral, compétent dans les affaires de terrorisme.

"A partir de mi-mai, Sief Allah H. a commencé à se procurer l'équipement et les substances nécessaires à la fabrication de ricine. Il a notamment acheté à une société de vente par correspondance sur internet 1.000 graines de ricine et un moulin à café électrique", a affirmé dans un communiqué le parquet. La ricine est un poison violent, 6.000 fois plus puissant que le cyanure. Début juin, le suspect avait réussi à en fabriquer, mais elle a pu être mise en sécurité par les forces de l'ordre.

Les enquêteurs n'ont cependant pas encore réussi à savoir si l'individu prévoyait de commettre un attentat, ni s'il avait des motivations jihadistes. Ils n'ont d'ailleurs pas trouvé d'éléments reliant l'homme à une quelconque organisation terroriste ni une éventuelle date et lieu pour une attaque.


>>>LIRE AUSSI: La Grande Bretagne offre son soutien à la Guinée dans sa lutte contre le terrorisme

L'homme avait été interpellé avec sa compagne mardi soir à Cologne, dans l'ouest du pays, par des unités spéciales de la police. A l'issue de sa garde à vue, il a été écroué dans la soirée. Sa compagne a pour sa part été laissée libre. En mai, les autorités françaises avaient annoncé avoir déjoué un attentat à l'explosif ou à la ricine prévu à Paris. Un Egyptien de 20 ans avait été arrêté et incarcéré.

Les autorités allemandes sont sur le qui-vive en raison de plusieurs attaques jihadistes perpétrées ou envisagées dans le pays ces dernières années. La plus grave d'entre elles, survenue en décembre 2016, a été commise par un Tunisien de 23 ans, Anis Amri, auteur d'un attentat au camion-bélier sur un marché de Noël à Berlin. L'attaque, qui avait fait douze morts, avait été revendiquée par le groupe Etat islamique (EI).
Le 14/06/2018 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi