Fermer

Tunisie. Tourisme: l’objectif des 9 millions de touristes maintenu malgré la faillite de Thomas Cook

Mise à jour le 06/11/2019 à 17h23 Publié le 05/11/2019 à 17h12 Par Moussa Diop

#Economie
Tourisme tunisien
© Copyright : DR

#Tunisie : La Tunisie compte atteindre, et même dépasser, la barre record des 9 millions de touriste en 2019. Les indicateurs sont jusqu'ici en ligne avec cet objectif et ce, malgré les impacts de la faillite de Thomas Cook. Voici les raisons qui poussent à l'optimisme.

La barre record des 9 millions de touristes est toujours la cible du ministre du Tourisme tunisien, René Trabelsi. Il l’a répété à Londres, en marge de la World Travel Markek London (Salon mondial du tourisme de Londres) qui se déroule les 4, 5 et 6 novembre courant.

En attendant, les résultats enregistrés sont jusqu'ici en ligne avec les prévisions. A fin septembre dernier, 6,25 millions de touristes ont visité le pays. Mais avec le rush de fin d’année, notamment du côté de l’Algérie, premier pourvoyeur de touristes pour la Tunisie, la barre des 9 millions de visiteurs en une année pourrait être franchie. Et ce, malgré la faillite de Thomas Cook, le plus grand pourvoyeur de touristes britanniques à la Tunisie et qui représentait 3% du volume global des activités du tourisme tunisien.


LIRE AUSSI: Tourisme: en huit mois, plus de 1,8 million d’Algériens ont visité la Tunisie


Sur la faillite de ce voyagiste, et après un moment de craintes, le ministre du Tourisme semble être plus serein quant aux conséquences de la faillite du voyagiste sur le tourisme tunisien et les perspectives du secteur.

Concernant l’impact de la faillite, Trabelsi a souligné que de nombreux voyagistes, dont Jet2 holidays et easyJet Holidays, ont profité du vide laissé par le britannique pour prendre le relais.

En outre, la reprise du tourisme tunisien se confirme d’année en année, grâce à la compétitivité de la destination et surtout à l’amélioration de la situation sécuritaire au cours de ces dernières années. D’ailleurs, de grandes enseignes du secteur de l’hôtellerie mondiale se positionnent désormais sur le marché tunisien, dont Marriot, Four Seasons, Accor, Ritz, Radisson, etc.


LIRE AUSSI: Tourisme: la Tunisie, très impactée par la faillite de Thomas Cook


De même, de grands acteurs du tourisme de croisière, dont MSH –Mediterranean Shipping Company (armateur italien exploitant 459 navires, desservant 335 ports et contrôlant plus de 60% du trafic de croisière en Méditerranée)-  et GPH –Global Ports Holdings (plus grand opérateur de ports de croisière au monde) annoncent leur retour en Tunisie après plus de 4 ans et demi d’absence, à la suite de l’attentat du Musée de Bardot, le 18 mars 2015.

Preuve de leur regain d’intérêt pour le marché tunisien, les deux opérateurs ont remporté en consortium l’achat du terminal de croisière du port de la Goulette, au nord-est de Tunis. Les opérateurs comptent reprendre des croisières hebdomadaires vers la Tunisie en 2021, mais donnent déjà des assurances aux touristes et opérateurs du secteur. Ce qui est un signe positif pour le tourisme tunisien.


LIRE AUSSI: Tourisme: voici les Top 5 des pays africains les plus visités et ceux qui drainent le plus de recettes


Enfin, le développement de nouveaux marchés émergents boostera le tourisme tunisien. C’est le cas de la Russie dont le nombre de touristes est passé de 100.000 en 2016, à 625.000 en 2018 et devrait dépasser la barre des 725.000 en 2019.

Rappelons qu’en 2018, les arrivées de touristes avaient atteint 8,3 millions de visiteurs, alors que pour 2020, le pays s’est déjà fixé un objectif de 10 millions de touristes.
Le 05/11/2019 Par Moussa Diop