Vidéo. Algérie: arrestation de Soufiane Djlali, la police tente de disperser les manifestants de Mouwatana

DR
Le 24/02/2019 à 14h10, mis à jour le 24/02/2019 à 14h33

VidéoA Alger, la police tente actuellement de disperser les manifestants de Mouwatana opposés à un 5e mandat pour Bouteflika. Malgré la forte présence des forces de l’ordre, les manifestants continuent à scander des slogans hostiles au régime. Le coordinateur de Mouwatana a été arrêté.

Le rassemblement appelé par Mouwatana contre un cinquième mandat pour Bouteflika a bien eu lieu. Celui-ci s’est même transformé en une marche qui a été rapidement bloquée par la police, venue en nombre pour éviter de nouvelles manifestations, à l’instar de celles de vendredi dernier.

Les manifestants, rassemblés sur la place Audin, dans le centre-ville d'Alger, scandent en ce moment même des slogans en faveur de la démocratie et hostiles à un cinquième mandat pour Bouteflika: «non au cinquième mandat!», «non à Bouteflika et Said!», «l’Algérie veut le changement!», sont quelques-uns des mots d'ordre repris en ce moment même par la foule.

La police vient d'appeler des renforts pour venir à bout des manifestants.

🔴الشرطة تقمع حركة #مواطنة في ساحة اودان بالجزائر العاصمة والمواطنون يواصلون المسيرة 🔴 Les policiers anti-émeutes dispersent violement la manifestation anti 5e mandat organisée par le mouvement d’opposition #Mouwatana à la place Maurice Audin à #Alger

Posted by Casbah Tribune on Sunday, February 24, 2019

«Nous continuerons à nous battre pacifiquement jusqu’à ce que ce pouvoir renonce au cinquième mandat de la honte», a lancé Soufiane Djlali, coordinateur national de Mouwatana et farouche adversaire à ce cinquième mandat.

Les manifestants sont galvanisés par les youyous des femmes, juchées sur les balcons des immeubles entourant la place Audin.

La police anti-émeute a violemment tenté de disperser les manifestants en utilisant des gaz lacrymogènes.

Les policiers ont également interpellé de nombreux manifestants.

Soufiane Djlali, le coordinateur de ce mouvement, et Zoubida Assoul, porte-parole de Mouwatana, ont finalement été arrêtés et conduits vers une destination inconnue. 

Par Karim Zeidane
Le 24/02/2019 à 14h10, mis à jour le 24/02/2019 à 14h33