Economie

Quatre pays africains parmi les 10 qui tireront la croissance mondiale

L'Egypte et l'Ethiopie devront compter sur l'immobilier et le BTP, le Nigeria et le Kenya s'appuieront essentiellement sur leur consommation intérieure et les services financiers. C'est ce qu'estime BMI, filiale de Fitch Group.

Par Mar Bassine Ndiaye
Le 19/07/2016 à 13h23, mis à jour le 20/07/2016 à 00h10
barrage renaissance
DR

Nigeria, Kenya, Ethiopie et Égypte, voilà le quarté de pays africains qui devraient contribuer à tirer la croissance mondiale. C'est ce que pensent les analystes de BMI Research, filiale de la firme de notation Fitch Group Company, basée à Londres.Ce sont en effet les quatre pays qui figurent parmi les dix marchés émergents devant tirer, non pas la croissance africaine seule, mais plutôt la progression de la valeur ajoutée mondiale. Ces pays devront compter sur l'immobilier, le BTP, mais également les services financiers et la consommation intérieure. "La croissance tirée par les matières premières ne sera plus jamais de retour", estiment les auteurs du rapport.Un million de nouveaux citadins égyptiensAu pays des Pharaons, ainsi qu'à celui des Negus, c'est essentiellement l'immobilier et le BTP qui devraient être le moteur de la croissance, d'ici 2025, selon l'étude. En Égypte, en particulier, c'est surtout la croissance urbaine qui fera exploser la demande de logements et dopera, par conséquent, le secteur. La population urbaine devrait augmenter au rythme annuel d'un million de nouveaux citadins par an, toujours selon BMI.Quant à l'Ethiopie qui se targue d'une croissance annuelle de 10,5% en 2015, c'est essentiellement la construction d'infrastructures qui devrait être la principale source de création de valeurs. En effet, le pays s'est engagé dans la construction de plusieurs barrages d'envergures sur le Nil, mais aussi de routes, etc. Ce secteur pourrait augmenter au rythme annuel de 10,7% à l'horizon d'ici 2025.Des économies sur les hydrocarbures pour doper la consommation interieurePour sa part, le Kenya, profitant notamment de la baisse des cours du pétrole, devrait reployer les économies réalisées sur les importations d'hydrocarbures pour dynamiser la consommation intérieure. Ainsi, à l'image de l'Ethiopie, le pays devrait renforcer ses infrastructures, mais également ses services financiers et le commerce de détail.Pour sa part, le Nigeria devrait compter sur son secteur financier, mais également celui de la grande distribution et du tertiaire en général. Il convient de rappeler qu'une autre étude récente réalisée pas Pricewaterhouse prédisait une forte croissance basée notamment sur le secteur industriel, en général, et l'automobile, en particulier.Les six autres pays qui complètent les 10 marchés émergents sont notamment, Bangladesh, l’Indonésie, la Birmanie, le Pakistan, les Philippines et le Vietnam. Leur contribution globale supplémentaire pour l'économie mondiale est estimée à quelque 4300 milliards de dollars, à l'horizon 2025.

Par Mar Bassine Ndiaye
Le 19/07/2016 à 13h23, mis à jour le 20/07/2016 à 00h10