Fermer

Afrique du Sud: la DBSA débloque 218 millions d'euros pour éviter la faillite de la South African Airways

Mise à jour le 30/01/2020 à 10h13 Publié le 30/01/2020 à 09h59 Par Le360 Afrique - Afp

#Economie
South african airlines
© Copyright : DR

#Autres pays : La compagnie aérienne sud-africaine SAA, lourdement endettée, va recevoir 218 millions d’euros de la Banque de développement d’Afrique australe (DBSA) afin d‘éviter la faillite. La compagnie aérienne sud-africaine n'a enregistré aucun bénéfice depuis 2011.

A la suite de discussions “fructueuses”, Development Bank of Southern Africa (Banque de développement d’Afrique du Sud) s’est engagée à prêter à SAA 3,5 milliards de rands, dont un premier versement immédiat de 2 milliards de rands, selon un communiqué des administrateurs.

“Les actionnaires de la compagnie peuvent maintenant être rassurés sur la mise en place du processus de sauvegarde. Les passagers et compagnies aériennes peuvent continuer à réserver leurs billets sur SAA en toute confiance”, ont-ils estimé.

Depuis des années, South African Airways (SAA), deuxième compagnie aérienne d’Afrique, traverse de très sérieuses turbulences.


LIRE AUSSI: Afrique du Sud: la faillite de South African Airlines envisagée


Elle n’a enregistré aucun bénéfice depuis 2011, affiche une dette d’au moins 9,2 milliards de rands, soit 570 millions d’euros, et ne survit que sous perfusion permanente d’argent public.

Pour éviter la faillite, une procédure de sauvegarde de la compagnie a été lancée début décembre. Dans ce cadre, elle devait recevoir 4 milliards de rands, la moitié de la part de l’Etat et l’autre moitié d’organismes prêteurs. 


LIRE AUSSI: Afrique du Sud: Après avoir licencié 20% de ses effectifs, South Africa Airways clouée au sol


Des banques commerciales locales ont déjà fourni les 2 milliards de rands en décembre. La deuxième moitié sera donc financée par la Banque de développement d’Afrique australe, qui a reçu une garantie du gouvernement sud-africain.

Le plan de restructuration de SAA, qui emploie quelque 5.200 salariés, devrait se traduire par des licenciements, la privatisation de plusieurs services du groupe et la suppression de certaines de ses destinations.
Le 30/01/2020 Par Le360 Afrique - Afp