500 milliards de dollars, le montant colossal pour que l’Afrique atteigne l'accès universel à l’énergie en 2030

DR
Le 09/09/2022 à 09h32, mis à jour le 09/09/2022 à 09h57

L’Afrique est le continent le moins électrifié au monde. Un Africain sur deux n’a pas accès à l’électricité. Et l’électrification universelle, qui est un enjeu pour les pays africains, va nécessiter des investissements colossaux, selon l’ONU.

En dépit des progrès réalisés, l’Afrique est le continent qui affiche le taux d’électrification le plus bas au monde. En effet, le continent pris globalement affiche un taux de seulement 56% à fin 2021, selon les données du Rapport de suivi consacré aux avancées de l’Objectif de développement durable (ODD) n°7 de la Banque mondiale. 

Et pour combler ce retard, il faut que les pays africains, tous engagés dans des objectifs d’accès universel à l’électricité, procèdent à des investissements colossaux dans les années à venir. Selon Amina J. Mohammed, secrétaire générale adjointe de l’Organisation des Nations unies (ONU), plus de 500 milliards de dollars seront nécessaires pour atteindre l’accès universel à l’énergie d’ici 2030.

La responsable onusienne a fait cette révélation lors du Forum de la coopération internationale en Egypte et à la réunion des ministres africains des Finances, de l’Economie et de l’Environnement pour la COP27. Elle a appelé à aller au-delà des déclarations et vers des initiatives concrètes et viables.

Face à la facture colossale nécessaire pour faciliter l’accès à l’électricité de manière durable, Amina Mohammed a souligné que les pays en développement ont besoin de savoir les instruments effectivement disponibles pour soutenir leurs transitions vers des économies durables et résilientes au changement climatique.

A ce titre, elle a demandé aux pays développés de respecter leurs engagements annuels de 100 milliards de dollars envers les pays en développement, expliquant que «c’est essentiel pour restaurer la confiance entre les pays et dans le système multilatéral».

Reste que l’Afrique se sent exclue du financement nécessaire pour son adaptation au changement climatique. Sur les 100 milliards de dollars d’aides annuelles promises au pays en développement les plus impactés, l’Afrique n’en a capté que très peu. En effet, 26% des financements climatiques ont été affectés à l’Afrique, contre 43% pour l’Asie.

Par Kofi Gabriel
Le 09/09/2022 à 09h32, mis à jour le 09/09/2022 à 09h57

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800